Palais Omnisports de Paris-Bercy. La dernière fois que j’y suis allé pour un concert, c’était pour le Boss Bruce Springsteen avec mon ami bordelais (désormais vosgien) Denis.

Cette fois c’était pour Mika, cadeau de St Valentin pour ma chérie ! Concert extra, où, arrivés tôt avant l’ouverture des portes, nous étions idéalement placés dans la fosse ! Arrivés à 17h pour un show qui, passée la première partie à 20h, ne commencera qu’à 21h.

La Patère Rose a ouvert le Bal ! Oui la Patère, pas la panthère. Petit groupe québécois, 2 gars 1 fille, venus de Montréal. Vocalement, la chanteuse fait un pu penser à Cœur de Pirate, alors que musicalement, certains titres se rapprochaient de Florence and the Machine. A côté de leurs propres titres comme Aborigenes Bitches, le groupe a également repris le Tourbillon de la vie. Ils ont mis une bonne ambiance dans Bercy, le public suivait et appréciait. Comme quoi, il y a de bonnes premières parties. 😉

Sympa donc. Comme le fait d’offrir aux 10 premiers fans qui viendraient le lendemain à La Flèche d’Or munis d’un CD une place sur la Fan List et une invitation à vie à leurs concerts !!

Quelques titres et puis s’en vont, le show de Mika pouvait commencer. Scène rétro des années 50-60 avec un vieux poste et canapé, les musiciens, habillés et coiffés dans le style de ces mêmes années, arrivaient sur scène pour regarder la télé qui diffusait le décollage d’une fusée qui finira par exploser…

Quelques secondes plus tard, le cosmonaute rescapé, Mika, atterrissait sur la musique de 2001, l’Odyssée de l’espace, avant d’enchaîner avec Relax ! Take it easy !!

Et c’était parti pour deux heures de show, musical et théâtral, devant 17 000 spectateurs reprenant de concert tous les tubes du Skinny boy Mika. Ce dernier dégage une énergie remarquable sur scène : il court, il saute partout, enchaîne des pas de danse pour le moins étrange. Bref il s’éclate et emmène avec lui le public. De la scène, lunaire, sortent de géants ballons gonflables en forme de chaussures et chevilles sur Big Girl You are Beautiful. Plus tard c’est un grand étendard “Billy” qui sort de la valise que trimbale Mika tout le long du spectacle.

Puis au style astral et lunaire de la première scène succède une scène plus mortuaire, avec un cimetière en plein milieu et des figurants à mi-chemin entre L’Étrange Noël de Mr Jack de Tim Burton et le Voyage de Chihiro de Miyazaki !

Mika finira par tuer tous ses musiciens avant de se suicider, “sinon c’est pas drôle” !

Un excellent concert. Je savais, par bouche à oreille, que ses shows étaient extras. J’en ai eu la confirmation. Lors du rappel, de gros ballons de baudruche ont surgi du ciel, chacun dans la fosse se le renvoyant avant d’essayer de les attraper et de les garder à la fin du concert. Et devinez qui en a chopé un ? Sympa quand vous rentrez en métro après ! Obligé de passer par les portes “poussettes et mobilité réduite” !

Un peu déshydraté en sortant, on a été ravi de voir que Mika et Coca-Cola distribuaient gratuitement des bouteilles de Coca à l’effigie de l’artiste à tous les spectateurs. Franchement sympa. C’est la première fois que je vois ça à la sortie d’un concert. En plus pour la bonne cause (en plus d’assouvir notre soif) : le projet caritatif soutenu par Mika, Happiness Bottle !

[audio:https://www.quelques-notes.com/wp-content/uploads/2010/05/04 Love Today.mp3]

Crédits photos : yXeLLe ~@rtBrut~, Silla*, Mademoiselle Раскольников, Baptiste Pons

http://farm4.static.flickr.com/3515/4557251403_e303b3b2bf.jpg,