[audio:https://www.quelques-notes.com/wp-content/uploads/2009/07/01 Without me.mp3]

Non pas Michael.

Moi. Avec 15 jours d’avance et après 30 heures d’avion entre Christchurch et Paris, en passant par Sydney, Bangkok et Dubai, me voilà rentré chez moi, dans mon Quartier Latin, ma rue Mouffetard. Il y a 6 mois, je quittais un Paris enneigé pour une Auckland ensoleillée. Lundi j’ai quitté, temporairement, l’hiver et le froid de Christchurch et l’île du Sud de Nouvelle-Zélande pour la chaleur parisienne.

J’ai décidé de rentrer plus tôt pour créer la surprise à ma famille. C’est aussi ça la liberté, changer de plans au dernier moment. Encore et toujours. Après Abel Tasman National Park, j’ai donc pris la route pour Christchurch. Doucement. En stop. Je ferai l’Heaphy Track, cette rando de 82 km dans le Kahurangi National Park plus tard.

J’ai donc atterri mardi après midi à Roissy Charles de Gaulle. Sensation étrange de n’avoir jamais quitté Paris. Je retrouve mes automatismes, j’achète mon ticket de RER (que j’oublierai toutefois de poinçonner) et file vers les jardins du Luxembourg. Je colle ma tête sur la vitre et observe le paysage. Je réalise encore mal qu’il y a à peine 2 jours j’étais à l’autre bout du monde. Et déjà les premières comparaisons. La première, le ciel. Oui il fait beau et chaud, mais le ciel n’est pas pareil. Pas aussi bleu. Pas aussi pur. Comme un voile…

Et déjà aussi, le manque. A peine atterri que “ma” Nouvelle-Zélande me manque. Je ne saurai pas dire pourquoi…Comme si je l’avais quittée trop prématurément, comme si je n’en avais pas fini avec elle. Je suis content de pouvoir me dire que je vais la retrouver, et de ne pas sombrer dans une dépression post-voyage.

Mais avant tout, je suis content d’être rentré, d’être là avec vous, pour un mois…