Weekend à Amsterdam
I Am Sterdam

Je ne connaissais Amsterdam que par le lointain souvenir de ce voyage d’école en classe de CM1, soit par des images de tulipes et autres moulins à vent.

Plus tard, Amsterdam sera pour moi cette destination où tous les jeunes, junky ou pas, vont pour pouvoir fumer de l’herbe tranquillement dans les célèbres coffeeshops du pays. Une destination qui ne me tentait guère donc, n’étant nullement interéssé par les éléphants roses et autres voyages psychédéliques, et le nirvana n’évoquant pour moi qu’un bon vieux groupe de rock grunge, drogué il est vrai, des années 90.

En cherchant une destination pour un court weekend à offrir à mes petits frangins tout juste majeurs, Amsterdam s’est naturellement imposée. Enfin, de mon côté. Delphine était plus attirée par Liverpool. Une autre fois. Et tout comme elle, plus le séjour approchait, plus la ville me faisait envie. Plus j’en voyais les clichés, plus j’avais envie à mon tour d’y trimballer mon appareil photo.

Départ donc, ce vendredi matin pour attraper le Thalys qui en 3 heures de temps, via Bruxelles, Anvers et Rotterdam, nous amènent dans la capitale hollandaise. 3 heures de trajet pour (re)potasser un petit peu le guide (Lonely Planet, Amsterdam en quelques jours), et ébaucher plus ou moins un itinéraire pour ces trois jours sur place.

L’avantage du Thalys est, comme pour l’Eurostar à Londres, qu’on débarque directement en centre ville. Pas de galère de navette entre l’aéroport, pas de galère de taxi…

Il est 11 heures, le temps est couvert, nous filons dans la grande artère de la ville pour rejoindre notre hôtel, le Sipermann Hotel. A peine les bagages déposés que nous voilà, tous les 3 1, à déambuler dans les rues. Direction le musée Heineken, sur le site de la brasserie originale.

Weekend à Amsterdam

L’entrée est un peu chère (16€) mais je me dis que c’est un truc à faire, qu’on ne peut que difficilement passer à côté. La visite est somme toute classique, quelques panneaux expliquant l’histoire de la maison, de la famille Heineken et de ce gamin qui du haut de ses 22 ans va ouvrir sa brasserie. Des vieilles bouteilles trainent ici ou là, des panneaux de pub, des visuels de la marque. Rien de bien folichon qui ne mérite 16 euros. Mais la suite rattrape cette première impression.

Weekend à Amsterdam

La seconde partie est en effet beaucoup plus ludique, avec des jeux comme tirer virtuellement sa propre bière (ce à quoi j’ai échoué), se prendre pour un DJ célèbre dans un boite aux couleurs très Heineken…

Weekend à Amsterdam

Un arrêt aux stands est proposé. On nous sert une petite bière et nous apprend à dire « Santé » en néerlandais : Proost !  A la tienne donc.

On peut aussi pour 5€ personnaliser sa propre Heineken. Je me suis donc ramener ce petit souvenir. 🙂

La fin de la visite se termine dans un grand bar, divisé en 2 pièces pour autant de choix : soit aller dépenser ses 2 jetons accrochés au bracelet de la visite pour aller boire 2 bières, soit les dépenser tout deux et apprendre à tirer pour de vrai une pression, et la boire ensuite. Le second choix est plus sympa, et plus calme aussi. Qui plus est, pour celles et ceux qui seraient intéressés, en trainant devant le bar d’essai, on peut récupérer les bières des candidats qui ne boivent pas d’alcool mais qui se sont essayés à la pression. Bon plan qu’une bande de jeunes avait bien capté. A la fin de votre essai, on vous remet un beau diplôme de brasseur. La classe à Dallas 😀

Weekend à Amsterdam

On a continué la visite de la ville en se laissant aller au fil des rues, longeant les canaux, pour arriver dans ce fameux quartier dont le monde entier parle : le Quartier Rouge. Quartier où les prostituées s’exposent en vitrine. Particulier. Quartier vivant donc, beaucoup de monde, beaucoup de bars. Quelque peu gêné tout de même en passant devant ces filles de joie, j’évite de croiser leur regard. Evidemment, pas de photo. D’une, je ne trouve pas ça classe (vous prendriez en photo une pute au Bois de Boulogne ?) et deux, c’est au risque de voir son bel appareil finir au fond du canal. Mais certains touristes n’avaient pas l’air gêné de prendre quelques clichés.

Le lendemain, le ciel est bien plus radieux que la veille, la ville offre un autre visage.

Weekend à Amsterdam

Plus gai. Après un bon petit déj au De Carrousel, exploration de la ville, des différents quartiers. Bref encore de la marche. La Place Dam, le Palais de la Reine, le Béguinage (du nom de ces religieuses catholiques qui suite à la Réforme Protestante se cachaient dans des maisons pour pratiquer leur culte), le quartier bobo (et donc anciennement prolo) de Jordaan. Quartier tellement prisé qu’il nous a été difficile de trouver un café où déjeuner, tous étaient pris d’assault par les locaux si bien qu’on a fini dans une (bonne) pizzeria.

Weekend à Amsterdam

Weekend à Amsterdam

Weekend à Amsterdam

Weekend à Amsterdam

Weekend à Amsterdam

Weekend à Amsterdam

Weekend à Amsterdam

En fin d’après midi nous avions réservé pour visiter la Maison d’Anne Franck. Il est vivement conseillé de réserver si on ne souhaite pas se taper deux heures de queue. Visite intéressante. Je n’ai pas lu le Journal d’Anne Franck quand j’étais plus jeune, mais je connais évidemment son histoire. C’est assez troublant de se retrouver sur les lieux, d’imaginer la vie de cette famille cachée dans un appartement, et le triste sort qu’elle a connu. Le papier dans sa chambre est resté tel quel, avec les photos des acteurs de cinéma qu’elle admirait. Les pièces sont vides comme l’a souhaité le père, seul survivant de la famille. Pas de photo non plus du lieu. Juste une de l’extérieur en sortant.

Weekend à Amsterdam

A la fin de la visite, le musée, dont le but est de lutter contre toute forme de discrimination, soumet aux visiteurs des questions Pour ou Contre tel ou tel acte, loi, à l’aide de mini reportages. Cela va de la question du port du voile en classe, aux crucifix dans les écoles italiennes, ou encore du boycott de Sexion d’Assault après la polémique sur les homosexuels… Leur façon de faire est assez manichéenne, et la formulation de leurs questions invitent à répondre dans leur sens. Malheureusement, les choses ne sont pas si simples. Et les réponses du public sont parfois surprenantes.

Weekend à Amsterdam

Weekend à Amsterdam

On a retraversé la ville à pied pour se trouver un resto hollandais (si tant est qu’on puisse dire qu’il existe une cuisine néerlandaise ^^). Heureusement les distances sont courtes. Une fois encore tout était plein. On s’est rabattu sur un resto turc conseillé par le Lonely Planet. Effectivement c’était une bonne adresse (Divan, dans le quartier de Jordaan).

Je suis rentré tranquillement à l’hôtel en prenant quelques photos de nuit des canaux.

Weekend à Amsterdam

Dimanche, après un excellent brunch au B&B Lunchroom, on a laissé tomber la marche à pied pour le vélo, véritable institution ici.

Weekend à Amsterdam

Tout le monde se déplace à vélo, tout est étudié pour, tout le monde (voitures comprises) respectent les vélos. Et chose dingue, les cyclistes respectent le code de la route : ils s’arrêtent au feu, au stop… Dingue non ?! 🙂

Weekend à Amsterdam
Les ponts et vélo d’Amsterdam

Par contre ils sont accros à la sonnette, et les piétons n’ont qu’à bien se tenir. Ca klaxonne de partout dès lors que vous avez la mauvaise idée d’empiéter sur leur platte-bande, et parfois la délimitation piéton-cycliste n’est pas évidente. Du coup quand ce fut notre tour d’être à vélo, on en a bien profité, un peu trop même. Dring Dring, pardon.. 🙂

Weekend à Amsterdam

Weekend à Amsterdam

Une longue balade dans la partie Est de la ville, le port d’Amsterdam (y a des marins qui chantent…) en passant par Kaas Cheese acheter du gouda ! L’heure du retour approche. Un petit burger au Burger Bar pour la route : on y choisit l’origine de sa viande (Irish, Angus…), sa taille (200 ou 280 gr), ses sauces et accompagnements (oignons, bacon, blue cheese, chèvre…). Et oui on a beaucoup mangé aussi ce weekend. 🙂

Weekend à Amsterdam

Enfin, on ne peut parler d’Amsterdam sans parler des Coffeeshops. Bien que le pays ait décidé de mettre un terme au narco-tourisme, il est toujours possible pour les étrangers de venir fumer dans les coffeeshops. Une période de transition de 6 mois est laissée pour appliquer la loi. Enfin je crois. Bref c’est toujours possible. C’est assez surprenant de rentrer dans un coffee et de voir une liste des produits vendus, par gramme ou carrément le joint déjà roulé, prêt à être fumé. Comme dans un Starbucks où on choisirait l’origine de son café. Colombien, marocain… Perso c’est pas ma came (oh oh oh).

Weekend à Amsterdam

En théorie, vous ne pouvez fumer que dans les coffee, et si l’envie vous prend de fumer en marchant, vous passerez pour un loser de touriste. Ceci dit, on a croisé un paquet de touristes (ou pas) losers. Ca sent l’herbe à tout bout de champ. Un peu comme dans la tribune Auteuil du PSG. 🙂

Parfois, on passe à côté d’un coffee et on y croise un mec qui a un peu trop tiré sur le joint, comme ici :

Weekend à Amsterdam

NB : Pas de Rijksmuseum, le gros musée du coin, il était en rénovation, seule une partie est ouverte. Ni de Musée Van Gogh, pris par le temps et sans réservation au préalable, on l’a un peu zappé. Pour une prochaine fois. Car oui je reviendrai à Amsterdam…

Weekend à Amsterdam

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Toutes les photos du weekend à Amsterdam sur mon Flickr

  1. Delphine nous rejoignant le soir