Lisbonne
Autant le dire tout de suite, ce weekend n’accrochera pas le podium de nos meilleures excursions européennes. Mal commencé, mal fini. Quelques galères qui ont entaché notre weekend.

La première, le taxi à l’aéroport. Je le savais. Le Guide du Routard déconseille son usage. « Les taxis sont plutôt bon marché à Lisbonne, mais ceux de l’aéroport n’ont pas tous bonne réputation ». Mais Delphine tenait à se faire déposer devant l’hôtel. Au compteur 12€. Le trajet a été rapide, pas de détour inutile. Mais au passage en caisse, le taco nous en demande 25. Pour d’obscures raisons. D’abord, il nous dit que c’est pour l’aller retour. Que l’hôtel nous fournira un voucher pour le taxi du retour. Mais bien sûr !! Voyant l’arnaque, je lui dis d’attendre, je vais me renseigner à l’hôtel. Pendant ce temps-là, paniquant, il propose 15€ à Delphine restée en voiture. Si j’avais su, on aurait du accepter. Le gars de l’hôtel que je semble avoir sorti de son sommeil me confirme que je me fais escroquer. Il me le dit, mais une fois dehors s’écrase en portugais devant son compatriote qui maintenant nous dit que les 25€ sont pour les valises (10€), alors que celles-ci sont légalement facturées 1,60€. Bref, le gars ne veut rien entendre, et devant le simplet de l’hôtel, reprend confiance. On finit par lui lacher 22€. Ce n’est pas pour les 10€, mais pour le principe. J’ai horreur de me faire pigeonner. Déjà à Budapest, le taxi avait essayé, et voyant que je ne tombais pas dans la combine avait réduit son prix. Malheureusement, dans le noir, Delphine s’est planté de billets, et lui a filé 2 billets de 50 au lieu de 10. Bien sûr, l’arnaqueur n’a rien dit. On s’en est rendu compte à l’hôtel au moment de payer, et là le con, car c’est un con, de l’hôtel nous dit qu’il avait bien vu les billets de 50€ et ne comprenait pas pourquoi on filait ça. Mais il n’a rien dit. Tocard tu es, tocard tu resteras.

Le weekend commençait mal. Très mal.

On décide alors d’aller manger un morceau au resto, à deux pas de chez nous. Les restos sont pas très chers à Lisbonne, c’est une bonne chose. Par contre, avec ce que tu manges, tu passes l’hiver sans problème. Qu’est ce que c’est gras. J’ai goûté les spécialités locales, tant qu’à faire, et donc la morue. Passé l’odeur, quelque peu désagréable, mon poisson baignait dans l’huile. Pas un filet d’huile pour arroser le poisson. Non, un fond d’huile dans mon assiette. Et cela a été pour tous les plats que nous avons testés. Pour dire, le McDo du dimanche midi nous a paru sain, équilibré, pas gras pour un sou. 🙂 J’avoue ma soupe de poisson était bonne.

Lisbon - Portugal

L’hôtel, quant à lui, le Evidencia Santa Carolina Hotel, était bien situé, dans le quartier de Bairro Alto, refait à neuf. A première vue, nickel. Sauf que nous avons dormi au milieu des fourmis. Les chambres, petites, avaient été refaites avec de la toile, comme on voit souvent dans D&CO pour retapisser un mur. Sauf que là tous les murs en étaient tapissés et qu’on a vite compris que la toile était bien pratique pour cacher la misère… Et je ne parle pas de la salle de bain, qui si elle avait l’avantage d’être individuelle, n’avait pas de porte mais un rideau. Amis de l’intimité bonsoir. Oubliez la grosse commission le temps du weekend. A notre retour on s’est plaint des fourmis à l’hôtel, photos et vidéos à l’appui. Commerçants, ils nous ont assuré qu’on serait remboursé. Dont acte.

Je passe sur un accueil et une amabilité générale en deçà de ce à quoi je m’attendais. Ca doit être du à la grisaille de l’hiver… Je passe sur le marginal qui a tiré sur l’écharpe de Delphine pour lui demander si elle avait du feu. Heu, WTF, on parle pas le même langue certes, mais n’y a t-il pas d’autres moyens de communiquer ?

Allez je finis les péripéties pour passer aux bonnes choses du weekend. Le retour. L’aéroport et les règles de sécurité à la con. Mon trépied photo n’est pas revenu de son weekend à Lisbonne, car là-bas, il serait considéré comme une arme terroriste pour détourner les avions. Je m’explique. A chaque weekend, je prends mon trépied pour les photos de nuits de la ville. Jamais je n’ai eu de problème. Le plus souvent je le cale dans la valise, afin de n’avoir qu’un seul bagage à main dans l’avion. Règle des compagnies lowcost, style EasyJet et RyanAir. A l’aller, aucun problème. Au retour, voyant qu’il déformait quelque peu mon bagage, je décide de le prendre avec moi. Et je le pose sur le tapis pour passer la sécurité. Bingo, on me dit que ce n’est pas possible, que ce n’est pas autorisé en cabine. Règles de sécurité tout ça… Genre je vais hi-jacker l’avion. Merci le 9/11 et toutes les restrictions de liberté qui ont suivi. Je passe sur les chaussures qu’ils nous font retirer un coup sur deux. Illusion de la sécurité. Illusion d’autant plus grande qu’à l’aller ils n’avaient rien dit, ou rien vu, le trépied étant « caché » dans la valise…

Comme disait si bien Thomas Jefferson :

Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour te sentir en sécurité, tu ne mérites ni l’une ni l’autre.

Mais revenons, à Lisbonne elle-même et nos balades.

Le samedi nous avons gambadé dans le Bairro Alto et le Chiado, sous la pluie malheureusement. Quelques éclaircies dans l’après midi sont venues égayer la journée.

Convento do Carmo

J’ai commencé par les ruines de l’église Do Carmo, dont la construction remonte à 1389, et qui fut détruite en très grande partie par le tremblement de terre de 1755 et l’incendie qui a suivi, lesquels ont dévasté Lisbonne. Aujourd’hui c’est une église à ciel ouvert qui s’offre aux touristes. Juste à côté, le musée archéologique du Carmo a été ouvert. On y retrouve de nombreux vestiges romains et arts islamiques, mais aussi (et surtout) une momie de jeune fille inca !!

Lisbon - Portugal

A quelque pas de là se trouve un magasin pour le moins original et nostalgique : A Vida Portuguesa. Une boutique de cosmétique mais surtout un « musée » de tous les anciens produits nationaux qui ont marqué les générations portugaises, comme le dentifrice Couto… Sympa.

A Vida Portuguesa

A Vida Portuguesa

A Vida Portuguesa

A Vida Portuguesa

Lisbon - Portugal

On a poursuivi la balade dans les rues du centre, avant de gagner par le célèbre tramway N°28, l’Alfama, plus vieux quartier de Lisbonne, situé sur une des sept collines de la ville. D’où la montée en tramway.

Lisbon - Portugal

Les cotes sont parfois sévères, tout comme le sont les virages dans lesquels s’engouffrent à vive allure le vieux tram.

Lisbon - Portugal

De la haut, depuis le Miradouro de Santa Luzia, belle vue sur la ville, les pierres blanches et toits rouges des bâtiments lisboètes et au loin le pont du 25 avril, anciennement connu sous le nom de Pont Salazar, du nom du dictateur qui de 1928 à 1974 va régner sur le pays. Ce dernier sera renversé par la révolution des Oeillets du 25 avril 1974. Le pont a des allures de Golden Gate, ou pour une comparaison franco-française de Pont de Tancarville. 😀

Lisbon - Portugal

Lisbon - Portugal

De là nous sommes redescendu en passant par le Mosteiro de Sao Vicente de Fora puis le panthéon national. L’avantage avec la pluie et l’éclaircie qui s’en suit, c’est que les rues sont désertes et qu’on peut photographier les bâtiments sans personne devant. 🙂

Lisbon - Portugal

Panteao Nacional

Après une belle marche, on a bien mérité un café. Et on en a trouvé un super (merci Le Routard), caché derrière de grandes portes lourdes. Très haut de plafond, c’est un petit café, bobo-ecolo-design, où aucun mobilier n’est identique, où l’on trouve des bouquins éparpillés au milieu de la presse étrangère. Un café comme j’en rêve.

Revigoré, on a arpenté sous la nuit tombante les rues de l’Alfama pour rejoindre le chateau Sao Jorge. Malheureusement celui était fermé à notre arrivée.

Lisbon - Portugal

Le lendemain matin, on a pris un autre tramway pour aller à Belém où se trouvent le Mosteiro dos Jeronimos et la Torre de Belém, classés patrimoine mondial de l’UNESCO, et le Monumento das Descorbertas.

Lisbon - Portugal

Mais avant, petit déj dans une pâtisserie pour goûter une des spécialités de Lisbonne, la Pasteis de Nata, ici appelé Pasteis de Belém. C’est en fait une sorte de flan dans une pate feuilletée saupoudrée de cannelle. Pas mauvais.

Visite des monuments cités plus haut (sauf la Torre de Belém) et de l’impressionnante église, chef d’oeuvre de l’art manuélin avec ses gigantesques colonnes sculptées.

Lisbon - Portugal

Lisbon - Portugal

Monumento das Descobertas - Belém

Monumento das Descobertas - Belém

Nous avons ensuite regagné le centre ville, et profité de notre pass-transport de la journée pour emprunter l’ascenseur de Santa Justa, construit par un élève de Gustave Eiffel.

Lisbon - Portugal

Pratique pour rejoindre la partie haute de la ville et pour un beau point de vue sur le quartier bien aligné de Baixa. On peut monter à l’étage du dessus moyennant finances, mais de là où on était on voyait très bien. 🙂

Lisbon - Portugal

Nous avons enfin rejoint notre quartier pour un dernier café et Pastéis de Nata, après que j’ai fait un tour seul (Delphine n’est pas fana des églises) à l’Igreja Sao Roque, banale à l’extérieur, mais dont l’intérieur révèle la passion et la démesure des rois de l’époque pour le clinquant. Le plafond en bois peint est magnifique.

Igreja de Sao Roque - Lisboa

Igreja de Sao Roque - Lisboa

Il est temps de repartir chez nous. Via le petit funiculaire de Bica ?

Funiculaire de Bica

Et bien non, on l’attendu… attendu… le chauffeur n’est jamais venu. Descente à pied donc pour cette fois-ci prendre la navette pour l’aéroport. À 3,50€.

Funiculaire de Bica

Lisbonne est sympa à voir (mais pas à y vivre, je pense), pour son style, même si celui-ci avec ces azulejos, art décoratif sur les façades des immeubles, est parfois un peu vieillot. Il n’est en effet pas rare de voir des immeubles insalubres, laissés à l’abandon, en plein centre ville. Les lois pour la protection du patrimoine ont l’air d’être très strictes si bien, que c’est laissé à l’abandon plutôt que rénové. Dommage.

Lisbon - Portugal

C’était le dernier weekend excursion de l’année. En 2012, déjà programme Amsterdam et Rome, et 10 jours New York et Chicago à câler 😉

Bonnes fêtes de fin d’année à tous.

Toutes les photos de Lisbonne sur Flickr.