Oxygen Jungle Villas - Uvita - Costa Rica
Nous quittons Manuel Antonio pour l’ultime étape de notre lune de miel au Costa Rica, avant de remonter sur San Jose et décoller pour Paris : direction Uvita au sud ouest du pays, pour 3 jours.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Le Sud, c’est toute l’authenticité du Costa Rica, avec une région peu fréquentée des touristes, et donc plus sauvage, avec des plages désertes, certaines sont de bons spots pour la pratique du surf. Mais la Costanera diffère aussi de ce que nous avons vu précédemment dans le nord-est : ici point de banane, mais des kilomètres et des kilomètres de palmeraie, le long de la côte. La région est ainsi la plus importante du Costa Rica pour la culture de l’huile de palme.

Bienvenue au Paradis

Notre voyagiste, Costa Rica Découverte, a fait en sorte que ces derniers jours au Costa Rica soient top, dignes d’une honeymoon avec au programme superbe hôtel, plage et relaxation.

Oxygen Jungle Villas - Uvita - Costa Rica
L’hôtel Oxygen Jungle Villas à Uvita au Costa Rica © Julien Blavette

Et comme sur le reste du séjour il ne s’est pas trompé. Notre hôtel, l’Oxygen Jungle Villas, perdu en pleine brousse, accessible uniquement par 4×4, interdit aux enfants, est magnifique. Notre gîte pour ces quelques jours est une maison de verre, donnant vue sur l’océan pacifique, tout comme la piscine à débordement.

Oxygen Jungle Villas - Uvita - Costa Rica
Piscine à débordement de l’hôtel Oxygen © Julien Blavette

Oxygen Jungle Villas - Uvita - Costa Rica
Vue sur l’océan pacifique depuis la piscine © Julien Blavette

L’hôtel est également doté d’une très bonne table. Le petit déj’ étant compris, on a également usé de cette table pour nos dîners au bord de la piscine, quitte à faire chauffer la CB pour nos derniers jours. Par flemme de descendre en ville à la nuit tombée, mais aussi il faut bien l’admettre car c’était délicieux.

L’hôtel est parfait pour se reposer de notre périple à travers le Costa Rica, de nos escapades en forêt, dans les parcs nationaux. Mais on n’en avait pas pour autant tout à fait fini avec ces derniers. Cette fois, le parc national du coin est marin : le Marino Ballena National Park, d’une superficie de 110 hectares terrestres et 5375 hectares maritimes, créé pour protéger les cétacés et les nombreuses espèces maritimes.

Parque Nacional Marino Ballena - Uvita - Costa Rica
Le Parque Nacional Marino Ballena au Costa Rica © Julien Blavette

Aussi, le parc est connu pour recevoir en saison les baleines à bosse, et des dauphins tout au long de l’année. Si nous n’avons pas croisé de baleine lors d’une virée en bateau, on a pu voir de nombreux dauphins tout le long de la balade en mer.
Parque Nacional Marino Ballena - Uvita - Costa Rica
Les plus jeunes, un peu fou-fous, s’adonnant même à quelques sauts façon Le Grand Bleu. Génial.

Parque Nacional Marino Ballena - Uvita - Costa Rica
Dauphins au large d’Uvita au Costa Rica © Julien Blavette

Parque Nacional Marino Ballena - Uvita - Costa Rica
Dauphins dans le Parc National Marino Bellena © Julien Blavette

Stand Up Paddle : ma première fois

La veille, pendant que Madame se faisait masser à l’hôtel, j’ai pratiqué un sport jusqu’à lors inconnu pour mois : le Stand Up Paddle (SUP). Vous savez ces grandes planches, type surf, sur lesquelles on se place debout et on rame avec une pagaie. Cela faisait plusieurs fois que je voyais des gens au Costa Rica le pratiquer, notamment à Playa Samara, et que cela me donnait grandement envie. Au petit matin, direction le parc national (oui la plage est dans le parc national) pour une initiation. Je rencontre à cette occasion deux Français, également en fin de road trip au Costa Rica.

Parque Nacional Marino Ballena - Uvita - Costa Rica
le parc national Marino Ballena – Costa Rica © Julien Blavette

Contrairement à ce que je pouvais penser, ce n’est pas si simple de rester debout sur sa planche, surtout les premiers mètres où la houle est plus forte. Notre excursion nous emmène sur les rochers plus au large, surnommés « La Queue de la baleine » : à marée basse, l’ensemble des rochers forme effectivement une queue de baleine.

Parque Nacional Marino Ballena - Uvita - Costa Rica
La Costanera – Costa Rica © Julien Blavette

Après une bonne heure et demie à donner des coups de rame pour rejoindre les coraux, on a plongé pour observer la faune et la flore marines. J’ai bien tenté de retenir tous les noms de poissons croisés sous cette eau, mais impossible de m’en souvenir. Il y en avait tellement. Mais c’était génial. Tout comme le stand up paddle. Un peu moins pour mes pieds, seule zone de mon corps que je n’avais pas pensé à protéger. Une vraie écrevisse en rentrant.

Parque Nacional Marino Ballena - Uvita - Costa Rica
La cote et l’océan pacifique – Costa Rica © Julien Blavette

Cette virée, celle à bord du bateau, tout comme le reste de ces 3 jours passés dans ce superbe hotel étaient un vrai moment de bonheur, de repos, avant de rentrer en France.

Il a bien fallu rentrer. Nous sommes remontés à San José par la « route de la mort » comme ils l’appellent : des kilomètres interminables dans les hauteurs du Costa Rica, sous d’épais nuages remplis d’eau. La route était belle. Longue mais belle.

Le Costa Rica ne nous aura pas déçus : conforme à ce que l’on espérait, à ce qu’on en avait lu : un pays magnifique, encore sauvage, tourné vers l’éco-tourisme, et avec une population très accueillante.

On ne pouvait rêver mieux comme lune de miel. Merci pour ce moment.

Toutes les photos du Costa Rica sur mon Flickr.

Tous les articles du Costa Rica.

NB : musique de Jursino Cayetano – Buenas Noches Numadagu