Lorsque j’ai planifié notre roadtrip sur la côte de la mer baltique en Pologne, j’avais opté pour un itinéraire allant d’Ouest en Est, alors que Delphine aurait opté pour l’inverse : aller le plus loin possible à l’Est de la Pologne pour revenir tranquillement sur nos pas.

Pour ma part, si j’ai opté pour un tel plan, c’était pour garder le meilleur pour la fin : la Tri-Cité (Trójmiastro en V.O.), à savoir les trois villes limitrophes alignées en rang serré sur la mer baltique.

En effet, en préparant notre voyage, seules ces villes étaient mentionnées dans les guides ou les blogs sur la Poméranie polonaise. Et c’était les seules qui résonnaient dans mon esprit, notamment Gdańsk. Mais ce n’est pas celle-ci que nous avons privilégiée comme base arrière pour visiter la région.

Sopot, le Deauville polonais


On a préféré se poser à Sopot, celle qu’on appelle ici le Deauville polonais : elle a l’avantage d’être située entre les deux autres villes et surtout nous cherchions plus une station balnéaire avec un accès rapide à la plage plutôt de se retrouver en centre-ville. L’idée étant pour cette fin de séjour de se poser et se reposer, de flâner le soir le long de la plage, se trouver un petit resto agréable non loin de cette dernière. Sopot présentait tous ces avantages.

Sopot - Pologne
Galerie marchande à Sopot © Julien Blavette

On s’est dégoté un petit Airbnb plutôt bien placé, dans une grande maison aux meubles un peu datés, à la déco spartiate. Lors de notre séjour en Pologne, on était souvent loin des standards et des appartements cossus à la décoration soignée qu’on aime bien se louer. Peut être parce qu’on s’y est pris un peu tard pour nos réservations, en haute saison, dans des stations balnéaires. D’un autre côté, ce côté kitsch, vieillot apportait un effet rétro non voulu. Le logement n’était dans notre roadtrip pas le point essentiel.

L’important étant d’être bien situé. Et nous l’étions, à seulement quelques minutes du « centre-ville » de Sopot.

Sopot - Pologne
Dans la rue piétonne de Sopot © Julien Blavette

Une longue rue piétonne bordée de nombreux petits restos, chaines américaines et magasins en tout genre mène au front de mer.

Ce dernier est particulièrement connu pour son Molo, sa grande jetée en bois, la plus longue d’Europe, 512 mètres. On la voit de loin, et elle ne semble plus finir dans la mer Baltique.

Sopot - Pologne
Le Molo de Sopot © Julien Blavette

L’idée était évidemment de se promener dessus, comme de nombreux touristes. L’accès y est payant. Si le prix n’est pas particulièrement élevé, la file d’attente l’est, ce qui nous a fait repousser sa visite à plus tard. Et comme souvent « plus tard » signifie « jamais ». Pour info, il existe un tarif pour une balade nocturne. Balade que j’ai également repoussée…

L’autre attraction de la ville est le majestueux hôtel qui se dresse non loin du Molo, en face de la Mer Baltique : le Grand Hotel de Sopot. C’est là qu’on retrouve, avec les plages, les transats et les parasols, le côté deauvillais de Sopot.

Grand Hotel Sopot - Pologne
Grand Hotel Sopot © Julien Blavette

Sopot fut la première station polonaise de bains de mer lorsqu’un ancien médecin militaire de Napoléon en eut l’idée en 1823. La ville était à son apogée dans les années 1920 et était la plus chic de la mer Baltique. Elle l’est toujours.

Il y est très agréable de s’y promener, que ce soit le long de sa plage, ou dans les ruelles très vertes autour du centre-ville.

Nous nous sommes posés un après-midi entier sur un des transats-lits qu’offrait (moyennant 120 zlotys) un des bars de plage : je le disais, on voulait se la couler douce et profiter un peu de la mer, la plage. Qui plus est le temps était avec nous (ce qui ne durera pas).

Sopot - Pologne
Plage de Sopot © Julien Blavette

Pas de baignade cela dit : non pas à cause de l’eau toujours un peu fraîche, mais du fait de quelques méduses qui me refroidissent beaucoup plus que la température de l’eau. J’ai passé mon tour, préférant marcher les pieds dans l’eau, la vue sur la jetée.

Sopot - Pologne
Vue sur la jetée en bois de Sopot © Julien Blavette

On aura également profité question gastronomie, même si les tarifs sont évidemment plus élevés que ceux jusqu’à lors pratiqués. On s’est trouvé un petit italien très bon, chez qui nous reviendrons plusieurs fois lors de ces quelques jours à Sopot : A Modo Mio. Franchement, si vous êtes dans le coin, c’est un délice, notamment pour les pizzas au feu de bois.

Gdynia, l’industrielle


Si Sopot est le Deauville polonais, sa voisine Gdynia serait, si l’on reste dans la comparaison franco-normande, Le Havre polonais. En effet, Gdynia est une ville portuaire et industrielle, qui contraste donc avec les plaisirs balnéaires de Sopot ou le faste architectural de Gdańsk.

Gdynia - Pologne
Port de Gdynia © Julien Blavette

Comme Le Havre, son histoire est fortement liée à la guerre, aux guerres mêmes. À la fin de la Première Guerre Mondiale, Gdańsk devient une ville libre, et la Pologne a donc besoin de vite retrouver de grandes installations portuaires. L’Allemagne en 1939 annexera d’ailleurs la ville portuaire qui deviendra la base arrière de la marine allemande. Au sortir de la guerre, la ville complètement détruite se lancera dans une reconstruction rapide. Pour ceux qui connaissent l’histoire du Havre, vous saisissez mieux ma comparaison.

Aussi le centre-ville ne présente guère d’intérêts si ce n’est faire les boutiques par temps pluvieux. L’intérêt (rapide) de Gdynia reste donc le port et sa jetée où sont amarrés quelques trois-mâts et anciens navires de guerre.

Gdynia - Pologne
Bateau dans le port de Gdynia © Julien Blavette

Une fois encore on croisera un bateau de pirates, passant sous un arc-en-ciel devant le monument Joseph-Conrad, élevé à la mémoire du plus célèbre, et marin, écrivain polonais.

Gdynia - Pologne
Bateau et rainbow dans le port de Gdynia © Julien Blavette

Gdańsk, la perle de la Baltique

Gdańsk - PologneAutant le dire tout de suite, notre souvenir de celle que l’on surnomme la perle de la Baltique restera associé à une grosse averse qui limitera notre visite de Gdańsk.

Gdańsk - Pologne
Gdańsk © Julien Blavette

Jour pluvieux sur Sopot, nous sommes partis à la découverte de Gdańsk où la pluie n’aura pas tardé à nous rattraper.

C’était simplement couvert ce jour-là. Un gros nuage gris au dessus de nos têtes menace notre balade et le rendu de mes photos. Quelques pas dans le centre-ville, dans les ruelles autour d’Ulica Dluga (Rue Longue), artère centrale de Gdańsk.

Gdańsk - Pologne
Gdańsk © Julien Blavette

On a du mal à croire qu’ici tout a été rasé pendant la seconde guerre mondiale puis reconstruit à l’identique par le régime communiste, tant le cachet de la « vieille ville » semble authentique. Les rues aux belles façades à pignon bien alignées et colorées sont animées, avec à ses pieds un grand marché.

Gdańsk - Pologne
Gdańsk © Julien Blavette

Les édifices historiques et autres grandes portes se succèdent les uns aux autres jusqu’aux bords de la Motlawa.

Gdańsk - Pologne
Gdańsk © Julien Blavette

Gdańsk - Pologne
Gdańsk © Julien Blavette

Mais la forte averse achève notre balade dans la vieille ville. A deux pas de la Basilique Notre Dame (Bazylika Mariacka), je souhaite tout de même y jeter un oeil. Mais il faudra d’abord d’abord se frayer un chemin parmi tous les touristes venus s’y abriter dans un brouhaha peu respectueux du lieu.

Trempé de la tête aux pieds, je rejoins ma belle et notre voiture pour un retour précipité à Sopot, au chaud et au sec.

Heureusement, on annonce une belle journée ensoleillée pour notre prochaine visite : Malbork.

À suivre…

Toutes mes photos sur mon Flickr.