C’est un fait. On meurt aussi en Nouvelle-Zélande.

Aujourd’hui plus que d’habitude visiblement. Mes deux amis les cochons sont partis chez le boucher ce matin. Enfin, il est venu les chercher, ils ne sont pas partis tout seuls comme ça « tiens si on allait voir le bon vieux Butcher ? » « -Ok babe, let’s go..!! »

Rodger viens de me le dire. La prochaine fois qu’on les verra (car Joe le boucher va les ramener) ils seront sous forme de bacon et autres rôtis de porc. Il avait l’air tout abattu le pauvre Rodger.

La dernière fois que j’ai vu un de mes hôtes comme ça, c’était à Waitete Bay, chez Frances. Rappelez-vous, celle qui hébergeait les animaux atrophiés et des opossums. Un matin, en jardinant, j’ai retrouvé un de ses oiseaux dans le petit étang. La pauvre bête flottait. Elle était toute triste elle aussi. Elle en avait gros sur le cœur. D’autant qu’elle venait de payer une belle facture chez le véto pour soigner la patte de l’oiseau…

Ce n’est pas la première fois que Rodger fait cela bien sûr mais il s’attache. La première fois me dit-il c’était encore plus dur. il s’était habitué à eux. Il jouait avec eux (sic). Là il ne faisait que les nourrir pour ne pas s’attacher. Cela n’a pas suffit. A la question « vas-tu en reprendre d’autres ? » « Je vais attendre un peu » me dit-il la main sur le cœur.

C’est con, mais moi aussi je les aimais bien ces deux cochons là. Ils me faisaient marrer à grogner et à s’exciter dès que je me pointais avec mon seau de restes de bouffe, ou encore à se prélasser dans leur bain de boue…

Un mouton est aussi parti ce matin. Ah et pour votre information, dans le congélateur, ce n’est pas UN mouton mais 4….peaux de moutons en fait. Ça me rassure un peu plus déjà ! C’est pour faire des tapis pour la salle qu’il me dit !!! Mais à l’époque où ils ont été tués, ils n’ont pas fait les « moquettes » aussitôt alors depuis ça traine dans le congel… à côté des côtes de porc, du pain, des petits pois… Appétissant.

Une triste nouvelle ne vient jamais seule : Kahu, le plus jeune des enfants (8 ans) est venu me voir en me disant que son chien était mort. Il est dans la voiture ! Ils avaient deux chiens. Un était malade, et souffrait de je-ne-sais-trop-quoi à la patte. Visiblement ça a empiré. Le Vét l’a piqué ce matin. Il ne reste plus qu’à l’enterrer.

Bref, c’est gai comme journée. Mais comme me l’a dit mon amie américaine récémment et en français « c’est la vie ».