St Patrick's Day - Napier - Hawke's Bay - New Zealand
Et dire que le matin en me levant j’avais complètement oublié que nous étions le 17 mars, jour de la Saint Patrick. Journée un peu folle, mais comme je les adore.

Après une bonne semaine passée avec Chris, Penny et Thomas, j’ai repris la route ce mardi matin là. Toujours en stop. Une voiture blanche s’est arrêtée. A son bord, Ronan, un Irlandais. La St Patrick pouvait commencer.

C’est lui qui me rappelle que c’est aujourd’hui fête nationale en Irlande, et « soirée Pub » partout dans le monde. Ce soir, il se met une mine avec un de ses amis, Irlandais aussi je crois. On rigole sur le cliché de l’Irlandais, toujours prêt à descendre des bières et à se battre, éméché forcément.

Les 3 heures de route pour relier Gisborne à Napier plus au Sud passent très vite. Une fois les banalités échangées, d’où tu viens ? depuis combien et pour combien de temps tu es là ? qu’est ce que tu fais dans la vie ?, les vraies discussions s’engagent. On parle de Sarkozy, forcément en expliquant ce que je fais en France, pour quel parti, on en arrive vite là. On parle de son caractère, de sa politique, puis de politique d’une manière générale. Et enfin de l’Irlande. De mon année passée là-bas, des Troubles, de Belfast, des Unionistes, de l’IRA, des deux soldats britanniques et du policier tués il y a 10 jours en Irlande du Nord. Discussion très intéressante et riche.

Et amusante aussi. Quand je lui raconte mon anecdote du « caillassage » par des mômes de 10 ans dans les quartiers protestants de Belfast 1. Quand lui me raconte ses virées en Irlande du Nord, ses soirées avec son pote dans les bars unionistes où pour le fun ils se faisaient passer pour des Unionistes et donc changeaient de prénom. Oui parce que selon le prénom, on peut deviner si vous êtes plutôt pro-Irlande ou pro-Union. Mais et c’est là que ça devient marrant, c’est lorsqu’il me raconte comment en fin de soirée, quand un peu trop éméchés, ils oublient leur couverture et que leur vrais prénoms refont surface !!

Arrivés à Napier, il me dépose devant mon auberge d’où sort à ce même moment un groupe de joyeux Irlandais, pour la majorité, tout de vert vêtu, chapeautés et visages peints aux couleurs du pays, d’autres sont en kilt avec une petite épée en plastique pour faire plus traditionnel encore !! Certains ont même poussé le traditionnel jusqu’au bout si vous voyez ce que je veux dire !

A peine le temps de poser mes valises, de prendre un vêtement vert que je me fais embarquer dans leur groupe de joyeux lurons, direction le Pub. Il n’est même pas 16h !! La fin de journée promet d’être longue. ^^
Mais elle est excellente.

St Patrick's Day - Napier - Hawke's Bay - New Zealand
St Patrick’s Day – Napier © Julien Blavette

Les bars et pubs de la ville sont aux couleurs de l’Irlande, de la Guinness. Attablés, et servis plus que de raison en bière, ça gratte, ça chante, ça tape sur les tables, ça crie, ça rie ! L’Irlande quoi !

St Patrick's Day - Napier - Hawke's Bay - New Zealand
St Patrick’s Day – Napier © Julien Blavette

St Patrick's Day - Napier - Hawke's Bay - New Zealand
St Patrick’s Day – Napier © Julien Blavette

St Patrick's Day - Napier - Hawke's Bay - New Zealand
St Patrick’s Day – Napier © Julien Blavette

And as I went home on Friday night as drunk as drunk I could be
I saw a head upon the bed where my old head should be
Well I called me wife and I said to her : will you kindly tell to me
Who owns that head upon the bed where my old head should be

Ah, you’re drunk,
You’re drunk you silly old fool,
Still you cannot see
That a baby boy that me mother sent to me
Well it’s a many a day I travelled a hundred miles or more
But a baby boy with his whiskers on sure I never saw before

And as I went home on Saturday night as drunk as drunk I could be…

Pause dîner. Il faut bien manger. Direction le Backpackers. Sur la route, ça continue de chanter, de jouer de la guitare.

St Patrick's Day - Napier - Hawke's Bay - New Zealand
St Patrick’s Day – Napier © Julien Blavette

St Patrick's Day - Napier - Hawke's Bay - New Zealand
St Patrick’s Day – Napier © Julien Blavette

Des canettes s’ouvrent. Une Irlandaise sort sa bouteille de Whiskey, Jameson s’il vous plaît. On boit Irish.

St Patrick's Day - Napier - Hawke's Bay - New Zealand
St Patrick’s Day – Napier © Julien Blavette

Puis, à nouveau route vers le Pub, le même. Cette fois, il est blindé. Tout le monde, Irlandais ou non porte un habit vert.

St Paddy's Day - Napier - New Zealand
St Patrick’s Day – Napier © Julien Blavette

Cette fois j’aurais le temps d’enfiler un t-shirt vert. Dans le bar, j’ai même droit à un coup de pinceau sur le visage. Ma patrie sera l’Irlande pour la soirée.

St Paddy's Day - Napier - New Zealand
St Patrick’s Day – Napier © Julien Blavette

L’espace d’une journée, j’ai eu le sentiment de revenir 6 ans en arrière, de me retrouver dans un pub de Belfast avec les Irlandais, les Français, les Espagnols, et elle, l’Américaine. Mardi ils étaient Irlandais, Anglais, Hollandais, et elles, Argentines. J’adore ces moments. Ces Irlandais. Ce festif, cette convivialité. Et comme six ans auparavant, ces contacts qui se créent facilement, naturellement. Cette ambiance. Cette musique qui sort d’un recoin au fond du bar, d’une guitare, d’une basse et d’une flute ! Ces bières qui s’entrechoquent, qui se vident à une vitesse phénoménale. Cette Irlandaise qui siffle sa bière les yeux fermés, presque endormie, déjà bien trop alcoolisée mais qui finit sa bière en marchant avant de sortir, sous le regard ébahi de sa sœur. Et ces trois belles Argentines venues d’Hastings pour l’évènement. Charmante compagnie.

St Paddy's Day - Napier - New Zealand
St Patrick’s Day – Napier © Julien Blavette

Quelques photos de la soirée. Une putain de bonne soirée. Ça faisait longtemps. Et ca fait du bien. Et dire que le matin même, j’ignorais le jour que nous étions, et dire que je suis reparti de mon wwoof ce mardi 17 comme j’aurais pu repartir un mercredi 18. J’avais rien prévu. Je ne l’avais pas prévu. L’imprévu révèle des surprises. Et j’adore ça.

Toutes les photos de la Saint-Patrick sur mon Flickr

  1. pour la petite histoire, on charriait des gamins qui criaient les louanges des Glasgow Rangers, équipe de foot écossaise soutenue par les Unionistes. Pour faire les malins, on criait « Go Celtics ! », les Glasgow Celtics étant l’équipe adverse, l’ennemie, soutenue par les Catholiques !! Et voilà, comment on a eu droit à une pluie de cailloux et de « Go Home »