Auckland - New Zealand
Je me rends compte de l’importance d’écrire au fur et à mesure mes aventures. Passés quelques jours et j’ai déjà, non pas un trou de mémoire sur ce que j’ai vu ou fait, mais plutôt un surplus d’informations, de choses à raconter. Conduire n’aide en rien. Sur la route, je pense à ce que je vais écrire, comment le dire, le raconter… comme ma première arrestation en Nouvelle-Zélande !

Hier, jeudi, je quittais Auckland pour Wellington pour rejoindre l’île du Sud. J’avais décidé de partir juste après la réunion de travail que j’avais ce jour-là pour le Guide des Frogs, histoire de ne pas me faire d’une seule traite les 650 km qui séparent Auckland de la capitale. La distance n’est certes pas énorme, et en France serait facilement réalisable sans trop de fatigue. Oui mais en Nouvelle-Zélande, il n’y a pas d’autoroute, et même si la vitesse maximum est de 100km/h, les virages, les villages et les camions réduisent la vitesse à une moyenne de 80km/h. Ajoutez à cela que j’avais un Ferry à attraper à 18h30, vous comprendrez ma prudence.

Ainsi, hier en fin d’après midi j’ai repris la route. Au bord de celle-ci je dépasse une voiture de police, qui, à peine doublée, allume ses gyrophares. L’espace de quelques secondes je me demande si c’est bien pour moi. Peut être est ce pour celui de derrière ? ^^ La sirène se déclenche alors et la voiture se rapproche. WTF ! Je suis bon pour une amende. A peine 1000 km de conduite en NZ et me voilà déjà à l’arrêt. Le policier se ramène. Petite discussion. « Vous rouliez à 87km/h sur une zone à 70 Monsieur ». « Ah !» J’ai même le droit à alcootest. Ici on ne souffle pas, on parle. Parfois ils demandent le nom et prénom et où on habitue. Moi j’ai droit à « Comptez jusqu’à 10 ». « One…Two…Three… » « Ok ». Là l’envie de lui dire « Je ne vais pas jusqu’à dix ?» me prit… Pas la peine de faire le malin non plus. Qui plus est avec un flic sympa. Il me demande où je vais, ce que je fais… « Euh, je vais à Hamilton là, j’y passe la nuit », « je suis reporter » ! C’est là je me dis que c’est la classe ! Reporter 😉

Finalement, je n’aurais droit qu’à une petite réprimande. « Levez le pied Ok ?! » Ouf.

Tel une bonne série télé, revenons quelques jours auparavant.

Mardi matin, je quittais New Plymouth pour rejoindre Auckland. Sur la route, je me suis arrêté à Waitomo Caves, des grottes très connues en Nouvelle-Zélande. On peut y faire de la spéléo et autres tours guidés. Un peu à court de temps et d’argent, j’ai préféré la balade gratuite dans des grottes plus petites, moins profondes. J’étais même équipé de ma lampe frontale qui jusqu’alors m’avait surtout servi à lire le soir dans le van de Yann.

Waitomo Caves - Ruakuri Track - North Island - New Zealand
Waitomo Caves – Ruakuri Track – North Island – New Zealand

Waitomo Caves - Ruakuri Track - North Island - New Zealand 020
Équipé pour les Waitomo Caves – Ruakuri Track

Après cette petite excursion rapide j’ai repris la route, toujours vers le nord, et Auckland. Pensant m’arrêter dormir à mi-chemin, je gagne finalement la ville le soir même. Et là comme à chaque fois, je suis content de la retrouver. Elle me fait parfois le même effet que d’autres villes, comme New York. Aucune comparaison possible évidemment. C’est juste que je peux la quitter longtemps, quand j’y reviens, j’ai l’impression que c’était hier. Je la connais. Je m’y repère facilement, bien que cette fois, c’est la première que je la parcoure en voiture. J’y ai mes habitudes.

Et c’est là que tout a commencé.

De ce fait, je ne la vois pas comme les autres. Nombreux sont les routards rencontrés en Nouvelle-Zélande qui n’apprécient pas cette ville. Trop urbain, trop ceci, trop cela, elle n’incarne pas la Nouvelle-Zélande… et que sais-je encore. Moi, elle me plaît. J’aime me retrouver dans mon quartier de Ponsonby, quartier bobo, qui domine le CBD (centre ville). J’aime le fait qu’en l’espace de 5 minutes on puisse quitter le centre ville pour arriver à des quartiers pavillonnaires, à la plage, aux grands espaces verts…

Et puis j’aime retourner au Brown Kiwi, ce petit backpackers très convivial. J’aime quand le réceptionniste me reconnaît, me salue, se souvient de mes passages, me fait une blague en me voyant arriver, du style « oh non pas lui… ». J’aime bien. C’est toujours agréable de revenir dans une auberge et de voir qu’on est reconnu. De ne pas être qu’un client de plus qu’on aura vite oublié. J’avais eu le même feeling sur le backpackers Foley Towers à Christchurch.

The Brown Kiwi - Quartier de Ponsonby
Le Brown Kiwi Backpapers à Auckland

Et puis le Brown Kiwi, c’est l’auberge franco-allemande. Toujours autant de Français. Parfois, je les évite. Mais là non. Je ne sais pas c’est différent. Le soir, on sortira boire un verre pour le départ de… Peter ! Un Allemand qui a passé des mois et des mois à Auckland. En janvier quand je suis arrivé, cela faisait un bail qu’il était là. Et à chaque fois que je revenais, ou qu’un des gars de la French Connection passait, il était là. Cette fois il partait. Et à voir sa tête le lendemain matin, il n’en avait pas très envie…

Ce jour-là, après avoir un peu trainassé à discuter à l’auberge, à vérifier mes emails et autres à la library, à recharger ma batterie de voiture au garage du coin (j’avais visiblement laissé la clim allumée), changer mes pneus (qui en avaient bien besoin) dans un autre garage, j’ai pris la route vers l’Ouest d’Auckland, vers les Waikatere Ranges et Piha pour une balade (petite pour le coup).

Piha Beach - Auckland - North Island - New Zealand

Piha Beach - Auckland - North Island - New Zealand
A Piha Beach, le Lion Rock

Piha est connue pour sa plage de sable noir mais également pour avoir été mise en scène dans La Leçon de Piano. Le sable est si noir que lorsque les vagues se retirent, la légère couche d’eau qu’il reste forme un miroir. Aussi j’en ai profité pour photographier le Lion Rock (cf photo) qui se reflétait. J’ai ensuite grimpé sur le gros caillou, et une fois en haut, me suis amusé avec mon Nikon, ai respiré l’air pur et frais, regardé les chiens courir après une balle ou un morceau de bois plus bas sur la plage, et ai attendu le coucher du soleil.

Piha Beach - Auckland - North Island - New Zealand
En haut du Lion Rock, vue sur Piha Beach

Le lendemain matin, j’avais ma réunion de travail. Celle pour laquelle j’ai fait tous ces kilomètres cette dernière semaine. J’ai fait connaissance de mes 3 collègues qui couvriront avec moi la Nouvelle-Zélande. Petite réunion bien pratique pour clarifier les zones d’ombres, recevoir les conseils de nos jeunes patrons qui ont créé le guide quelques années plus tôt.

C’était en quelque sorte notre rentrée des classes : on a eu une belle sacoche en bandoulière remplie de flyers de présentation du guide, de stickers, d’un cahier, d’un stylo et crayon, de fiches d’informations, d’une clé USB, d’un dictaphone, d’une planche pour écrire, et bien sûr d’une carte et d’un planning de notre itinéraire. Tout a été pensé et soigneusement préparé par notre chef de projet ! Nous voilà prêts. La folle aventure peut commencer.

Début lundi 31 août à Queenstown. J’ai le weekend pour traverser l’île, du Sud cette fois-ci !

Wellington to Picton - Cook Strait - New Zealand
Direction l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande en ferry

Désolé pour cette note un peu longue. Je devais faire 3 articles, mais trop compliqué. Et puis je suis dans le Ferry à l’heure où j’écris et j’avais 3 heures à tuer…plus que 1h30 maintenant !! 😀

PS : aujourd’hui c’est l’anniversaire de ma maman. Joyeux anniversaire maman 😉