Une semaine coupé du monde, tel un ermite ou presque. Pas d’électricité, si ce n’est du 12V capté par les petits panneaux solaires, et donc pas d’ordinateur ni de téléphone portables pendant une semaine. Quand bien même ce dernier aurait été chargé, il n’y avait de toute façon aucun réseau là où j’étais.
Waitete Bay - Coromandel Peninsula - New Zealand 002

Coromandel Town - Coromandel Peninsula - New Zealand
Coromandel Peninsula – New Zealand © Julien Blavette

J’étais à Waitete Bay, vingt minutes au nord de Coromandel Town. Après mes deux jours à Whitianga, j’ai repris la route vers le nord de la péninsule, toujours en stop. Toujours aussi facile. J’ai cru ce matin avoir de la concurrence en voyant ce couple, sacs à dos bien accrochés se rapprocher de moi avec leur pancarte. Tel celui qui exercerait le plus vieux métier du monde, j’ai immédiatement pensé à protéger mon bout de trottoir. J’étais au bon spot.

C’était un lundi, début de semaine. Très vite on m’a ramassé. La gentillesse du chauffeur a été jusqu’à nous prendre tous les trois, les deux canadiens et moi. J’ai cherché longtemps où j’avais bien pu déjà voir cette belle brune aux yeux charmants. Et puis comme un flash ça m’est revenu. La veille dans un bar. Je cherchais du taf. Elle bossait encore. On a parlé de mon CV, du fait qu’il y ait ma photo dessus. Ça ne se fait pas trop ici. Rien de mal. Mais c’est juste que cela évite les discriminations. Enfin au Canada surtout. La raison qu’elle m’a donnée.

Puis nous avons pris notre chemin ensemble jusqu’à Coromandel Town, observant au passage les magnifiques paysages de la côte Est de la péninsule. Petite ville, qui un temps a existé, vécu au fil de l’or. Aujourd’hui, quelques commerces, quelques hôtels subsistent.

Coromandel Town - Coromandel Peninsula - New Zealand
Coromandel Town – New Zealand © Julien Blavette

Le lendemain, j’ai passé quelques coups de fils avant de trouver mon employeur. Frances. Une femme vivant seule dans sa petite ferme haut-perchée dans les montagnes, au bout d’un chemin.

Waitete Bay - Coromandel Peninsula - New Zealand
Waitete Bay – Coromandel Peninsula © Julien Blavette

Très grande propriété encore. Mais la maison est petite, semble faite de briques et de brocs, et envahie de chats.

Waitete Bay - Coromandel Peninsula - New Zealand
Waitete Bay – Coromandel Peninsula © Julien Blavette

Elle fait dans le social animal. Elle récupère les animaux en péril. Tel ce chat aveugle d’un œil, un autre déformé de naissance et dont la patte avant droite est lâche, tel un célèbre comique français.

Waitete Bay - Coromandel Peninsula - New Zealand
Waitete Bay – Coromandel Peninsula © Julien Blavette

Mais le plus étonnant encore est qu’elle héberge chez elle l’ennemi public numéro 1 en Nouvelle-Zélande : le Possum. Cette petite bête à la tête de rat et au corps de gros écureuil, qui fut importé d’Australie et qui depuis se répand et détruit la végétation néo-zélandaise en mangeant les fruits des arbres et/ou les saccageant. En Australie, les arbres ont développé au fil du temps une couche de protection empêchant les opossums de les grimper. Et surtout là-bas, il connaît des prédateurs. Ici aucun. Si ce n’est l’homme désormais. Ainsi depuis que je suis arrivé, on m’a proposé des chasses aux opossums où la nuit les cartouches de fusils résonnent, ou encore, un soir en voiture, en rentrant de soirée, le mari voyant une bête sur la route à crier à sa femme : « Fonce !! » Un vrai sport national ici. Sauf chez Frances. Et dire que dans son pays d’origine, le opossum est une espèce protégée…

Quelques heures de boulot par jour, dans ce qui ressemblait à un petit zoo. Des biches, des vaches, des lamas, des moutons, des poules, des canards, des oiseaux, plein d’oiseaux, des gros lézards et des souris pour les nourrir.

Waitete Bay - Coromandel Peninsula - New Zealand
Coromandel Peninsula – New Zealand © Julien Blavette

Coupé du monde et de mes habitudes, j’ai eu du temps pour moi au final. Et c’est une bonne chose. J’ai pas mal pensé. Et aussi lu. J’ai dévoré les Yeux jaunes des crocodiles. Et sans oublier une après midi à la plage, dans une petite crique, où je semblais seul au monde. Il ne me manquait plus que Wilson 1. J’ai attendu de voir les dauphins au large. Mais ils ne sont pas venus. J’ai attendu, attendu… zaï zaï zaïzaï…

Waitete Bay - Coromandel Peninsula - New Zealand
Waitete Bay – Coromandel Peninsula © Julien Blavette

Waitete Bay - Coromandel Peninsula - New Zealand
Waitete Bay – New Zealand © Julien Blavette

Retraite aussi car mon hôte n’était pas très bavarde. Gentille mais pas bavarde. C’était calme. Par contre on mangeait bien. Et en grosse quantité. ^^’ Puis avec le temps, on a fini par avoir de plus amples conversations, j’en ai su plus sur elle, sur sa famille, sur son pays natal, les États-Unis, l’Ohio. Elle fut d’ailleurs surprise quand j’ai évoqué Kelleys Island, l’île de cet État où j’ai travaillé un temps deux étés de suite. On a parlé de sa fille. Elle m’a montré les brochures de magazines, pas peu fière. Sa fille fut 3e aux premiers championnats de boxe féminine. La star de la famille.

Une petite semaine bien tranquille.

Waitete Bay - Coromandel Peninsula - New Zealand
Coucher de soleil sur la Baie de Waitete © Julien Blavette


J’ai repris une fois encore la route. Cette fois-ci pour la Bay of Plenty. Un peu plus au sud-est. Très vite je suis arrivé à Tauranga. Toujours en stop. 3 chauffeurs différents pour faire les 115 km qui me séparaient de Thames à Tauranga. Et jamais plus de 5 à 10 minutes d’attente. La route fut belle : les gorges de Karangahake, Katikati et ses murals

Comme d’habitude, je recherche un job dans le coin. Beaucoup de bars et de restos dans cette ville qui semble un peu plus bouger que les précédentes. L’ensoleillement probablement. C’est un des coins du pays les plus ensoleillés. Et sinon il reste le fruitpicking, mais la saison ne semble pas débuter avant 2 ou 3 semaines.

Je vous tiens au jus.

Toutes mes photos du Coromandel sur Flickr

  1. Les cinéphiles comprendront, c’est ultra simple