Souvenir d’Irlande. J’ai découvert Christy Moore en 2002 grâce à mon amie Julie, jeune fille au pair et étudiante comme moi à la Queen’s University Belfast. Son Père Noël m’avait alors offert le CD de Christy Moore, Live at Vicar Street. Elle même avait connu grâce au père de famille dans laquelle elle vivait.

J’aime bien l’énergie qu’il y a dans Lisdoonvarna. Cela réveille toujours en moi le souvenir de nos soirées dans les pubs de Belfast, l’Empire, le Robinsons etc., où de petits groupes se produisaient, guitares, violon et pipes à la main. Sans oublier les bières évidemment ! So cliché. Mais so good. Parfois le groupe avait une petite scène, parfois il était simplement assis autour d’une table pas loin de nous. J’adorais ces soirées.

Et quand ce n’était pas des soirées music, c’était soirées sports au Bot’ ou @ The Eg à regarder les matchs de Champions League, où évidemment les clubs français ne brillaient pas. Heureusement, il y avait Manchester United.
Et quand c’était pas le foot, c’était le rugby le dimanche après midi. Je me souviens de ce tournoi des Six Nations, et ce match France-Irlande ! Les frenchies de Belfast devant l’écran géant. Je ne suis pas particulièrement chauvin, mais à l’étranger, tout prend un autre sens. Surtout quand vous jouez contre le pays hôte, et que des grands gaillards hurlent derrière vous. Là vous avez enve de hurler plus fort, de voir votre équipe nationale passer un essai.
Tout ça dans une bonne ambiance, dans la bonne humeur, festive, le tout arrosé de Guinness. 😉

Un an c’est court mine de rien. Cette année-là est passée bien trop vite…

Voilà ce que m’évoque encore et toujours Christy Moore quand je l’écoute…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.