Un peu comme Marshall Eriksen pour ceux qui suivent How I met your mother, lorsqu’on était à New York cet hiver, on a testé pas mal de burgers. Et quitte à manger des hamburgers autant changer des deux célèbres arches d’or.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Dans nos guides, ils conseillaient quelques restos new-yorkais qui selon eux faisaient les meilleurs burgers de la ville. Le problème avec les guides, et je sais de quoi je parle j’ai bossé pour un en Nouvelle-Zélande, c’est qu’ils ont tendance à reprendre soit les infos d’un autre guide, soit à se reposer sur leurs lauriers en remettant année après année leur référence.

L’autre inconvénient d’être si bien référencé comme le « meilleur de », c’est que tout le monde s’y pointe, touristes que nous sommes en tête, et qu’il y a donc une méga queue.

C’est ce qu’il s’est passé pour nous à New York quand on a testé le Corner Bistro dans West Village à Manhattan. Nos deux guides, oui on a en 2, le Routard, un classique, et le Ulysse. Je vous conseille cette collection de guide de voyages. On avait testé pour Vancouver et Victoria, et on avait beaucoup aimé la façon de présenter les villes, les itinéraires selon vos envies, vos goûts, votre temps sur place.

Bref, revenons à nos moutons. Le Guide Ulysse sur ce fameux Corner Bistro :

Préparez-vous à un peu d’attente dans ce restaurant très couru de West Village (et qui n’a d’aileurs rien d’un bistro), mais ses hamburgers valent le détour, et il n’y a rien de tel avant ou après un concert de jazz dans le secteur.

Le Routard lui nous disait peu ou prou la même chose :

On y sert parmi les meilleurs burgers de Manhattan, énormes morceaux de viande hachée bien goûteuse et juicy , avec tout un tas de bonnes choses dedans.

Le résultat. Bien mais pas top. Effectivement, grosse attente de locaux et touristes. On avait faim et avions marché exprès jusqu’à ce petit resto, on a donc fait la queue et patienté sagement. Franchement, le burger était bon mais rien d’exceptionnel. Ok, il y avait bien un bon gros steak haché dedans mais l’accompagnement était basic. Pas de sauce maison, spéciale. Nada. Juste un burger comme on pourrait nous même en faire. Le pain semblait tout droit sorti d’un sachet Harris. Quant aux frites, des surgelées, fines, classiques.

On s’est dit que la réputation était surfaite et que surtout ça ne valait pas notre « découverte » de l’hiver : les burgers de chez Five Guys. C’est en réalité une petite chaîne. On a découvert un soir à Chicago dans notre quartier de Lincoln Park. On avait faim, il était tard, et on ne voulait pas un resto classique. A première vue, ça payait pas de mine : un grand local blanc et rouge, des affiches au mur vantant les burgers, avec les critiques de certains journaux. Ok, testons. On passe commande à un gentil serveur : on choisi sa viande, son fromage, et on ajoute, sans supplément, ses accompagnements, sauce, cornichon, oignons grillés, salade, jalapeno, j’en-passe-et-des-meilleurs…

Le pain lui était fait maison, ou du moins ça y ressemblait. Quand on a voulu commander nos frites, on s’est cru au McDo : allez, va pour « une frite » chacun. Le serveur, cool, nous recommande de n’en prendre qu’une pour deux. Sympa, car commercialement parlant il aurait pu nous laisser payer deux frites. On a compris pourquoi. Ils te servent tes frites dans un petit pot qu’ils mettent ensuite dans un sac marron, type McDo. Et là, le mec rajoute des frites dans le sac, à la ramasse. On en avait pour notre argent. Et elles étaient vraiment bonnes.

Quel rapport allez-vous me dire avec New-York ? Eh bein ils ont des boutiques dans la Grosse Pomme et notamment à Brooklyn Heights, pas loin de là où on créchait… 🙂

Du coup on savait qu’on irait y faire un tour. Un bon burger bien juteux et gouteux cette fois. Bien meilleur que tous les autres qu’on a pu gouter.

Voilà, c’est tout pour le moment. C’était un petit article pour vous faire patienter et saliver (ou pas) en attendant la vraie note sur New York et les photos 😉

Musique : Nirvana – Come As You Are (si tu ne vois pas le lien avec l’article, demande à ton voisin 😉 )