Nouvelle-ZélandeÇa y est, nous y sommes. Le grand jour est arrivé. Le premier jour du reste de ma vie fut le jour où j’ai décidé ce tournant de ma vie. Celui-ci sera le second. Trois mois se sont écoulés entre temps. Trois mois pour boucler mes affaires, préparer cette nouvelle vie, et essayer de voir le plus de monde possible. Je crois avoir réussi à voir tous ceux qui me tenaient à cœur. Presque. 3 personnes, 3 femmes que je n’aurai malheureusement pas vues. Je pense bien sûr à toi Caro. Je pense à L. que je n’ai pu voir, par ma faute, par mes 40 minutes de retard ce soir de fin décembre. Je ne sais pas si nous nous reverrons, dans quelques mois, tu seras toi aussi à l’autre bout du monde, à Vancouver… Saches que j’ai apprécié ces moments passés à tes côtés… Et puis il y a D., j’ai perdu ton numéro et n’ai du coup aucun moyen de te retrouver. Après ces 4 ans, à se voir au détour d’une coupe de cheveux, d’une expo à Beaubourg, d’un verre dans la rue du Pot de Fer, je ne connais même pas ton nom de famille. Alors pardonnes-moi si pour la première fois cette année, je ne te souhaite pas ton anniversaire. Mais j’y penserais fortement. Comme à ces petits moments magiques que j’ai passés avec toi, sans jamais savoir jusqu’où allait cette amitié…

Une pensée également pour mes amis de LGC, Nathalie, Laurent, Patrick et Fred que je n’ai pu voir avant de décoller… Sorry…

Bien sûr, je n’oublie pas tous les autres que j’ai vus, ou croisés ces derniers mois.

Aujourd’hui, je ne sais pas quels moyens j’aurai pour donner des nouvelles, pour bloguer. Mais ce que je sais, c’est que mon Facebook et Twitter seront revus à la baisse, sorry pour mes « fans ». 😉
Je ne ferai, si je peux, que bloguer en vous relatant mes aventures néo-zélandaises, en postant mes photos sur mon Flickr et sur ce blog.
Pour la bonne raison que je souhaite vivre l’instant là-bas, ne pas être tout le temps derrière mon PC rattaché à la France, à ma vie ici. No offense. Mais bon le blog c’est déjà pas mal.

Aujourd’hui est un jour nouveau. C’est parfois étrange : je sais que je reviens le temps d’une semaine en juillet pour le mariage de mon frère, mais j’ai parfois l’impression que c’est un départ pour une durée indéterminée…Peut être parce que ces derniers temps, je me suis rendu compte que je partais vraiment à l’autre bout du monde. Que la Nouvelle-Zélande n’était pas l’Irlande.

Aujourd’hui je ne sais pas trop ce qui m’attend sur cette île. Que du bien j’espère. De nouvelles rencontres, amitiés, amour(s).
De nouveaux objectifs, une nouvelle voie à ma vie. Peut être. L’inconnu. C’est palpitant. Ne pas savoir. Se laisser guider.

Aujourd’hui je ne sais pas si en janvier 2010 à la date d’expiration de mon VISA je reviendrai. Peut être, peut être pas. J’ai déjà en tête quelques idées de choses que j’ai envie de faire par la suite… Ce voyage, ou du moins cette envie de voyage puisqu’il n’a pas commencé, m’a mis sur la voie. J’ai envie de vivre selon mes rêves.
Je l’ai déjà cité ici, mais Marc Levy a écrit :

« il y a ceux qui voient les choses telles quelles sont et qui se demandent pourquoi. Moi je les vois telles qu’elles pourraient être et je me dis pourquoi pas ! » [Où es-tu ?]

Alors pourquoi pas…

Alors voilà nous y sommes. Départ dans quelques heures. Arrivée dans 2 jours !

All the best my friends.

Et meme s’il faut partir
Changer de terre et de trace
S’il faut chercher dans l’exil
L’empreinte de mon espace
Et meme si les tempetes
Les dieux mauvais les courants
Nous feront courber la tete
Plier les genoux sous le vent
J’irai au bout de mes reves