Il ne sera pas question de Nouvelle-Zélande dans cette note. Et exceptionnellement, la musique du samedi matin revient. Pour un matin 1. Pour un hommage. Pour lui. Michael Jackson.

J’ai appris la nouvelle hier matin (vendredi) en me levant. J’ai ouvert mes mails et une page internet. Pas bien compris pourquoi MichaelJisdead me suivait dorénavant sur Twitter. Pas bien compris de qui il s’agissait quand j’ai vu sur Facebook RIP MJ. J’ai compris en ouvrant Google News.

Michael Jackson n’était plus. Parti dans un autre Neverland.

Il restera pour moi associé à mon enfance, aux années 80, et même 90 avec la sortie de son album HIStory.

Je me souviens avoir appris quelques un de ses textes, par cœur. Comme ça. Pour moi.

Je me souviens m’être fait charrié en Seconde quand j’avouais écouter du Michael Jackson quand d’autres étaient dans des trucs plus hard rock, ou bien dans les nouveaux groupes branchés qui passaient sur les ondes mais qui ne surviraient pas à la décennie…

Alors bien sûr, il y avait ce personnage, cette facette, que l’on saisissait mal, qu’on ne comprenait pas, ces polémiques…

Et déjà, j’entends les mauvaises blagues arriver.

Sans occulter les polémiques, mais sans non plus vraiment savoir, ou comprendre, je retiendrai de lui le grand artiste qu’il était, son côté précurseur, dans sa musique comme dans ses clips.

We’re gonna miss you King of Pop.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

PS : la musique postée est une cover de KT Tunstall, lors d’un live à Taratata.
PS 2 : And I don’t even have any of his MP3 on me, on my bloody iTunes… WDF !

  1. A l’heure où je poste le billet, c’est encore le matin en Nouvelle-Zélande, ndlr