Gisborne - Captain Cook Statue - New Zealand
J’ai fait la route avec ma collègue allemande de la semaine qui avait une voiture.

Pour rejoindre Gisborne au Sud, deux possibilités : passer par les Gorges de Waioreka, le trajet le plus direct, ou passer par la Sunrise Coast, et longer la côte Est, rurale et traditionnelle.

L’Est de la Nouvelle-Zélande est peu peuplé, et l’est à 90% de Maoris. Certains l’expliquent du fait qu’ici plus qu’ailleurs, on a résisté aux Pakehas (Étrangers). D’autres par le fait que le sol est peu fertile et donc fut peu intéressant pour le colon.

Une autre des raisons pour lesquelles la région est peu peuplée et n’a pas connu de grands développements, est due à la terre, en tant que propriété. Celle-ci appartenant aujourd’hui à la tribu ne peut être vendue, même partiellement, que si l’unanimité des propriétaires en est d’accord. Je vous laisse imaginer leur nombre après 17 ou 18 générations de descendants…

La route des Gorges de Waioreka

On a choisi le chemin le plus court et sûrement le plus beau aussi. On est passé par les gorges. Deux heures de route dont la moitié sur une route en lacet, entourée de montagnes, avant de retrouver des moutons perdus sur de vastes étendues de pâturages. Beau paysage. Belle balade. Sur la route on s’est arrêtés à Matawai pour prendre un petit café, un Mocaccino pour moi. Village perdu dans les montagnes.

Nos chemins se sont séparés à Gisborne.

Gisborne - East Cape - New Zealand
Gisborne © Julien Blavette

Gisborne est célèbre pour son histoire, car c’est ici que débarque pour la première fois en Nouvelle-Zélande le capitaine James Cook en 1769 et en repart aussitôt après quelques affrontements avec les tribus Maoris et ce, sans vivre, ce qui l’amène, un peu amer sûrement, à surnommer la baie Poverty Bay (Baie de la Pauvreté) en opposition à la Bay of Plenty (Baie de l’abondance) où il se ravitaille juste après son échec. Le nom est resté. Et une statue du Monsieur trône fièrement devant la baie.

Gisborne - Captain Cook Statue - New Zealand
Gisborne – Captain Cook Statue © Julien Blavette

Mais Gisborne est aussi connue pour son Chardonnay, du fait de son climat presque méditerranéen, et s’est autoproclamée (ils adorent s’autoproclamer en NZ) « Capitale NZ du Chardonnay ».

Bon ce coup-ci je n’ai pas eu de chance. Passer deux jours dans une des régions les plus ensoleillées du pays et se taper deux jours d’averses, d’éclaircies, d’averses avec même quelques grondements d’orage, ce n’est pas de chance. Du coup, Gisborne ne m’a pas semblé aussi jolie qu’on me l’avait dit. Un peu déçu. Mes photos sont un peu tristounettes.

Gisborne - East Cape - New Zealand 005
Gisborne – East Cape – New Zealand © Julien Blavette

Mais c’est ça aussi la Nouvelle-Zélande me direz-vous. Et déçu, car une journée, après avoir visité la ville la veille, j’ai voulu aller à Mahia et sa petite péninsule plus au sud. On peut y voir paraît-il un dauphin nager dans la baie, restant au bord avec les badauds. C’est toujours mieux que se payer les excursions « Swim with Dolphins » ! Mais vu le temps, j’ai abandonné Flipper et la balade dans les hauteurs de la péninsule, d’où on peut admirer Poverty Bay (Gisborne) et Hawkes Bay (Napier), et suis resté à l’auberge.

Le lendemain quand j’en suis parti, j’avais le droit à un beau ciel bleu. C’est la vie.

Mais j’ai tout de même profité de visiter la ville entre deux averses, et suis monté sur Kaiti Hill (Titiragi domain) d’où on peut admirer la ville et son port rempli de troncs d’arbres, et de camions manœuvrant entre deux piles de bois. La Nouvelle-Zélande s’est lancée pleinement dans l’exploitation de pins, qui ont le mérite de pousser en moins de 25 ans. Aussi sur les routes paumées de NZ, les seuls véhicules que l’on croise sont des camions transportant les troncs. On estime que dans 5 ans, sur la route à l’Est, ce sera un camion par minute qui passera chargé de pins !

Gisborne - East Cape - New Zealand
Gisborne – Le port et l’exploitation de Pins © Julien Blavette