Ca fait un bail qu’on a pas causé séries par ici.

A chaque fois que je découvre une nouvelle série, je me dis que je vais faire un post puis fini par zapper, du coup bah on parle pas beaucoup séries. Et c’est bien dommage.

Car si en France, à moins d’avoir les chaînes payantes du câble qui diffusent des nouveautés en la matière, on n’a le droit qu’aux sempiternelles Les Experts (chaque soir une ville), House ou Desperate Housewives, aux US eux, chaque nouvelle année apporte son lot de nouveautés. Bon ce qui est bien c’est que House ou DH (Desperate…) se terminent et on va peut être avoir le droit à un peu de fraîcheur.

L’an passé, LA série du moment, celle qu’il ne fallait pas louper était Homeland. Et ça tombe bien Canal+ la diffuse depuis septembre. Et la bonne nouvelle pour la chaîne, c’set que la série est reconduite pour une seconde saison, ce qui changera des dernières séries achetées par Canal, qui se sont soldées par un échec, et une seule et unique saison avec une fin bâclée (?) (FlashForward, The Event, Terra Nova…).

Le pitch ?

Huit ans après la disparition de deux soldats américains lors de l’invasion de Bagdad, l’un d’entre eux réapparaît, seul survivant alors que tout le monde le pensait mort depuis longtemps. Rapatrié aux États-Unis, il est accueilli chaleureusement par sa famille, ses amis et le gouvernement. Seule contre tous, l’agent de la CIA Carrie Mathison, qui a passé plusieurs années en Afghanistan, est persuadée que le héros est en réalité devenu un espion à la solde de l’ennemi, préparant la prochaine attaque terroriste sur le sol américain.

Difficile d’en dire plus. La série tient en haleine à chaque épisode, et on se demande si la bipolaire Claire Danes (l’agent de la CIA) a tort ou a raison. Grand retour de l’actrice dans un registre bien bien différent de l’ado de Roméo et Juliet. Normal me direz-vous, elle a dépassé les 40 ah non elle a quasi mon age en fait 😀 Pour les fans d’Esprits Criminels ou de la trop courte Dead Like Me, c’est aussi l’occasion de retrouver Mandy Patinkin.

Bref, si vous ne devez regarder qu’une série (je risque de dire ça aussi pour les séries suivantes ^^), c’est celle-là.

Une autre série à suivre, qui, elle, n’est pas récente, c’est Boardwalk Empire.

La chronique sombre et violente du développement d’Atlantic City dans les années 20, lors de l’émergence des premiers casinos dans un climat de Prohibition, qui donnera naissance à la Pégre. Nucky Thompson, le trésorier du parti Républicain -qui dirige la ville- est en réalité celui qui tire toutes les ficelles et qui joue sur plus d’un tableau à la fois pour arriver à ses fins. Argent sale et corruption sont au rendez-vous, en passant par Chicago et New York…


Pour celles et ceux qui aiment les films/séries de Mafia, de la Prohibition, ou Steve Buscemi (Nucky Thompson) et Mickael Pitt. Pas de cliffhanger de ouf  à chaque fin d’épisode, mais plus une grande fresque de l’Amérique des années 20. Et puis c’est sympa de suivre une autre ville, que les classiques, NYC, LA ou Vegas. Du coup après j’ai maté le Wiki de Atlantic City. 🙂 J’ai mis du temps avant de voir le premier épisode, je n’ai depuis pas lâché. La 3e saison commence (doucement) aux USA.

Dans un registre totalement différent, la série estivale qu’il fallait ne pas manquer était The Newsroom avec Jeff Daniels. La série mériterait un article à part tant il y a à dire.

L’histoire : Les coulisses tendues et survoltées de l’émission « News Night », diffusée sur la chaîne d’information en continue ACN, alors que son présentateur vedette, Will McAvoy, un homme aussi talentueux que détestable, est en pleine controverse suite à des propos tenus en direct remettant en cause le rêve américain. Alors que son équipe a déserté, il se voit attribuer une nouvelle productrice exécutive avec qui il a un passif…

Le pilote, la scène d’intro notamment, est jouissif, comme le reste de la série. L’info tel qu’on la souhaiterait. Un vrai journal TV, à mille lieux des JT de Pernault et consorts. La série commence en 2010, ce qui lui permet de revenir sur les évènements importants de ces dernières années et donc de prendre un peu de recul. J’ai vraiment accroché. Les personnages sont bons, et on s’attache vite à cette équipe de journalistes-producteurs. Mention spéciale pour Olivia Munn (c’est physique mais pas que) qui campe la journaliste économique. La saison 1 ne contient que 10 épisodes alors vivement la suite.

Voilà pour les séries longues (50 min) et sérieuses. Evidemment, il y en a d’autres sympas comme Justified, diffusé sur M6 à une heure qui découragerait les couche-tôts.

Pareil, la série n’est pas toute récente, déjà 3 (courtes) saisons mais on s’y accroche vite. Un des acteurs secondaires (Jeremy Davies) a d’ailleurs cette semaine décroché un Emmy pour son rôle de Dickie Bennett. Le pitch vite fait :

Après des déboires avec ses supérieurs, le marshall Raylan Givens est muté au Kentucky, dont il est originaire. Là encore, ses méthodes assez peu orthodoxes et son style, très old school, vont faire des étincelles…

Et sinon c’est la rentrée pour les classiques Grey’s Anatomy (9e saison) (oui oui je regarde et ça me plait), Private Practice, spin off de la première, qui commence à s’épuiser, ou du moins à nous épuiser, si bien que la nouvelle saison débute alors qu’on a pas encore vu le Season Finale. Je crois que ça sera d’ailleurs la dernière saison, la belle rousse ayant décidé d’arrêter après, et sans elle…

Enfin The Walking Dead revient. Là, pareil, la saison 2 m’a nettement moins captivé. Espérons que la 3 revienne sur de bons rails.

Dans la série, série-qui-débute-bien-mais-qui-tient-pas-la-longueur : Awake. Le pitch de départ était sympa et le pilote tout autant. Un type se réveille après un accident : son fils ne s’en est pas sorti. Sa femme oui. Le lendemain, nouveau réveil et scénario quelque peu différent. Sa femme est morte alors que son fils est en vie. 2 vies parallèles. Laquelle est la bonne ? Le scénar était sympa, mais les ficelles s’usent vite. Si bien que sur les 9 épisodes que compte la première et unique saison, je n’en ai vu que 4, ou 5 je ne sais plus.

Dans le même genre, la-série-dont-le-pitch-est-sympa-mais-que-je-vais-éviter-car-je-sens-tout-de-suite-que-ça-va-partir-en-couilles : Revolution, la dernière série du créateur de Lost. Une série apocalyptique où le monde se retrouve sans électricité. Même la présence de Giancarlo Esposito, Gus dans l’excellente Breaking Bad, ne me suffit pas pour que je m’y mette. J’ai déjà donné Merci. Je me suis fait avoir en commençant Alcatraz, du même gars… C’est toujours pareil. Ca part dans tous les sens, et in fine, il est toujours question d’un complot mené par une firme supra-gouvernementale toute pourrie et supra-méchante et corrompue. La vérité est surement encore ailleurs.

Voilà pour le petit horizon des séries longues et sérieuses. A vénir, les séries courtes et comiques. Et là ça bouge pas mal aux States ces derniers temps 😉

Le son de la note est tiré de Justified et son générique : Long Hard Times to Come de Gangstagrass :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

NB : je n’ai pas parlé de Game of Thrones, en pause actuellement. Je la suis, mais j’ai quand même du mal à comprendre tout le foin qui a été fait autour de cette série. Sympa mais pas extraordinaire. De même, Episodes dont j’ai déjà parlé. Il faut que je mate la saison 2. Enfin Revenge est sur ma liste…