Jeudi dernier, jour de congé, je me suis enfin décidé à aller à Hastings puis Te Mata Peak, qui ne se trouvent pourtant qu’à une vingtaine de kilomètres de Napier. Oui, mais je voulais qu’il fasse beau, et surtout je voulais y être pour le coucher de soleil. Il fallait compter avec le bus pour l’aller mais pas pour le retour, le dernier bus pour Napier étant bien trop tôt dans l’après midi.

Te Mata Peak - Hawke's Bay - New Zealand 001

Je me suis donc remis au stop. Mais avant ça, je me suis baladé vite fait dans les rues d’Hastings. Vite fait car Hastings est la copie conforme de sa soeur Napier. Les deux villes ont été détruites par le tremblement de terre de 1930 et toutes les deux reconstruites dans le meme style Art déco. Toutefois, Napier, elle, bénéficie du front de mer, qui lui donne un charme supplémentaire.

Après un repas chez mon ami Ronald, et quelques informations à l’office du tourisme de Hastings pour savoir comment me rendre facilement à Te Mata Peak, j’ai repris la route…à pied. Comme au bon vieux temps. J’ai retendu le pouce vers l’horizon attendant qu’un gentil local partage sa route avec moi. Un Maori très sympa m’a déposé a l’entrée d’Havelock North, petite bourgade huppée de Hawke’s Bay à 7 km de Hastings. De là j’ai continué ma route vers Te Mata Peak, qui se situe quelques kilomètres plus loin.

En marchant, j’ai pu constater que l’automne était vraiment arrivé. Les temperatures encore élevées et la présence du soleil et de son ciel bleu me l’avait fait oublier. Les feuilles des arbres sont passées au orange-rouge-rouille. Certaines allées de Havelock North me faisait ainsi penser à une pochette d’album d’un groupe célèbre, repris dans Vanilla Sky.

Te Mata Peak - Hawke's Bay - New Zealand 065

Quelques minutes plus tard, j’entamais ma route vers le Sleeping Giant, Te Mata. Mais qu’est ce que Te Mata au juste ?

La légende raconte que la montagne et les collines plus au sud sont en fait la dépouille du géant Te Mata O Rongokako. Il avait déclaré la guerre à la tribu des Heretaunga, mais tomba éperdument amoureux de la fille du Chef. Ne sachant pas comment repousser ses avances, celle-ci lui assigna des tâches de plus en plus difficiles dont il s’acquitta en gage d’amour. Le dernier defi qu’elle lui lança, celui de dévorer un passage à travers la colline, lui fut fatal… 1

Te Mata Peak est donc un point de vue magnifique sur la Baie de Hawke et par temps dégagé sur la region Centre du l’ile du nord. J’apercevais en face de moi Cape Kidnappers, que j’avais quelques semaines plus tôt rejoins en vélo, et pouvais voir la pointe de Napier, son port et deviner Bluff Hill.

Te Mata Peak - Hawke's Bay - New Zealand 067

Arrivé plus tôt que prévu grâce à de jeunes auto-stoppeurs qui m’ont ainsi évité les 5 km de montee, j’y suis resté tout l’apres midi. i-Pod sur les oreilles, je me suis baladé sur les differents sentiers qui mènent au sommet, me suis allongé et reposé dans l’herbe, ai admiré les belles vues qu’offre le lieu, et surtout, apres quelques heures d’inactivité, j’ai craqué et j’ai commencé à faire joujou avec mon Nikon, d’où de nombreuses photos de votre serviteur 😉

Te Mata Peak - Hawke's Bay - New Zealand 047

Te Mata Peak - Hawke's Bay - New Zealand 014

Vers 17h, le soleil a enfin commencé douchement son coucher. De belles couleurs. Toutefois, la présence de trop gros nuages à l’Ouest et leur absence à l’Est n’ont pas donné le sunset que j’attendais tant.

Te Mata Peak - Hawke's Bay - New Zealand 124

Qu’importe, ce fut tout de meme agréable, paisible. J’entamais ma descente que quelques joggeurs continuaient de monter. La nuit est tres vite tombée par la suite, me retrouvant dans l’obscurité et me demandant si j’allais pouvoir rentrer sur Napier le soir même. Le stop; aussi facile soit-il en Nouvelle-Zelande, se complique en pleine nuit, meme s’il n’est que 18h. Il est plus difficile de trouver un chauffeur qui n’ait crainte de prendre en stop un étranger sur le bas côté.

Un jeune couple s’est arreté et filait droit vers Napier. J’ai décidemment de la chance…

Quelques photos ici. L’album est sur mon Flickr.

  1. Sources : Guide des Frogs