Journée d’hiver ensoleillée sur Akaroa où le thermomètre a défié les 18°C. J’en ai profité pour enfourcher mon VTT et, appareil photo à la main, pousser plus loin la visite du paisible village et de ses alentours. Toutefois, j’ai à peine monté la première côte que mon cœur palpite tel celui d’un athlète qui terminerait l’Ironman.

A la vue de ce qui m’attend, rien de bien méchant cela dit – je suis juste un peu flemmard – je poursuis mon chemin par le parc Garden of Tane. Là, la route goudronnée et stable laisse place à un chemin de terre rendu boueux par les derniers jours de pluie. Le VTT ne s’avère donc pas inutile et la petite promenade se transforme en épreuve sportive ou comment ne pas se casser la gueule dans les descentes, avec un vélo dont les freins sont déjà bien usés.

Finalement je retourne vite à la terre ferme, et rejoins la route que je cherchais dès le départ. Celle qui mène au phare. De là, belle vue sur la ville qui m’apparaît de plus en plus être le village d’Astérix, ayant résisté à l’envahisseur. Enfin en période hivernale seulement. A peine le soleil est-il revenu que les bateaux de plaisance et de touristes sont de sortie. J’imagine mal ce que doit être le flux incessant des embarcations l’été…
Akaroa Lighthouse - Banks Peninsula - New Zealand
Akaroa - Banks Peninsula - South Island - New ZealandMais moi, là, je suis tout seul à longer le bord de mer sur mon beau vélo rouge et le casque qui va bien avec, à sentir l’herbe fraîchement coupée de ces grandes résidences estivales. L’impression soudain d’un déjà-vu : celui de mes deux étés passés sur cette île du Lake Erie, Ohio, où tous les mercredis je tondais la pelouse du luxueux Bed & Breakfast au bord de l’eau. La péninsule a certes remplacé l’île, mais la catégorie socio-professionnelle des habitants, les résidences qui vont avec, et l’ambiance générale qui règne ici me renvoient des images de ces étés…
Akaroa - Banks Peninsula - South Island - New Zealand
Plus loin, en gagnant le Britomart où se dresse un obélisque, la vue de l’Union Jack me ramène à un autre de mes souvenirs, plus récent celui-là : mon année en Irlande du Nord. En le voyant là qui fait la tronche par manque de vent, je me souviens du dégoût qu’il m’inspirait quelques années auparavant par trop l’avoir vu flotté dans les rues de Belfast, ou peint sur les bords de trottoirs d’un quartier voulant fièrement clamer son appartenance à l’Union. Quartier comme le mien à Delhi St où les rues avaient viré bleu blanc rouge du jour au lendemain…
Don't be sad !
Aujourd’hui, ce n’est évidemment pas le même effet. Je crois que c’est une des premières fois que je le vois ici sans ses étoiles rouges de la Southern Cross (drapeau Néo-Zélandais). Il semble bien seul en haut de cette petite colline éloignée du centre ville où un autre bleu blanc rouge est étendu. Et aujourd’hui 19 août, Akaroa repense plus encore son passé puisque nous sommes le jour où en 1840 le bateau du Comte de Paris débarque avec les premiers colons français. Mais il est déjà trop tard. Les Anglais ont déjà érigé un obélisque et hissé leur Union Jack à Green’s Point (la petite colline) pour signifier aux Frenchies que l’île du Sud était britannique.
Akaroa - Banks Peninsula - South Island - New Zealand
Après cette petite balade en vélo, retour à Chez la Mer, près du feu avec un bon thé et quelques biscuits pour derusher mes quelques photos du jour et m’amuser, un peu, sur Photoshop, la chambre noire du photographe (très amateur) moderne 😉

Ah et demain, je vais faire quelque chose que je n’ai encore jamais fait ! Et il n’y a qu’ici que je peux le faire…

Toutes les photos sur mon Flickr.