A peine arrivé à Christchurch que je l’ai déjà quittée pour la péninsule de Banks et Akaroa, terre frenchie en milieu kiwi. Au 19e siècle, les Français se sont eux aussi lancés à bras le corps dans la colonisation du long pays au nuage blanc.
Akaroa - Banks Peninsula - South Island - New Zealand
Et il s’en est fallu de peu pour qu’ils réussissent. Une fois encore la Perfide Albion aura le dernier mot et plante l’Union Jack à Akaroa, et finit en 1849 par racheter la Compagnie nanto-bordelaise qui avait commencé la colonisation.

Aujourd’hui, de cette tentative de colonisation il reste les noms de rue aux accents français, les boutiques arborant le drapeau tricolore, et un je-ne-sais-quoi français qui flotte encore dans l’air si bien que les néo-zélandais viennent y chercher la french cuisine et autres bons clichés de notre pays.

J’ai pour ma part posé mon sac dans un charmant backpacker : Chez la Mer. Mes amis irlandais Cathal et Lia m’en avaient parlé quand nous étions encore à Napier car ils devaient venir y travailler, assurant l’intérim des propriétaires. Ça ne se sera finalement pas fait. Mais j’avais retenu ce nom, qui dans leur bouche sonnait « Chaise la Mer ».

Aussi après une bonne nuit de sommeil, j’ai repris mes bonnes habitudes de voyageur, retrouvé mes fameux sandwichs jambon fromage, et suis parti en balade dans les hauteurs, toutes relatives, de Akaroa. Une marche de quelques heures sous un beau soleil d’hiver et un ciel bleu bien dégagé m’ont permis de profiter des beaux paysages qu’offre la péninsule. Celle-ci était autrefois une ile volcanique. Un second volcan et quelques éruptions plus tard, le tout a fini par former une péninsule. On est donc loin ici des interminables plaines du Canterbury.

Akaroa panorama 500Une fois ma belle balade terminée, et avant de repartir faire un tour dans le « centre » d’Akaroa (500 habitants l’hiver, mais 12 000 l’été), j’ai fait un tea break au backpacker. Là je rencontre Franck, un Français, ancien VVT qui a poursuivi l’aventure NZ avec un visa classique, qui bosse dans un resto à côté et qui en échange de quelques heures de ménage le matin est hébergé gratuitement. De fil en aiguille, je lui dis que je suis dans le coin pour quelques jours et que je cherche un Wwoof à faire avant de commencer mon boulot pour le guide.

Je n’aurai pas à chercher plus loin. Jen, une canadienne, qui assure l’intérim des gérants, m’offre un job : être réceptionniste de nuit ! De nuit, entendez de 17 à 21h ! Tope-là ! Ma mission consiste donc à accueillir les Guests peu nombreux en cette saison, de tenir l’auberge clean, et de veiller sur le feu de cheminée pour nous tenir tous bien au chaud ! J’étais soulagé et content de trouver ce Wwoof, qui n’en est pas vraiment un (on est loin des fermes organiques), mais pas autant qu’elle. Des semaines qu’elle cherchait quelqu’un pour la remplacer le soir. Si contente qu’elle finit même par me rembourser les deux premières nuits que j’avais payées en tant que guest !

Akaroa - Banks Peninsula - South Island - New Zealand

Me voilà donc à Akaroa pour 10/15 jours. A moi balade en vélo, farniente, lecture et projets, avant de prendre l’avion 1  pour Wellington où j’achèterai ma voiture, sur la route d’Auckland.

Tout se goupille toujours bien. Ma bonne étoile est décidément bien accrochée au ciel de l’hémisphère sud…

  1. 70 dollars avec JetStar, le EasyJet local. Et encore  j’aurais pu l’avoir a 50, voire 40 si j’avais pas eu ma valise. Au passage, c’est cool de ne plus à trimballer une valise pleine à craquer de 30 kgs. Je voyage léger (juste 20kgs) et ça fait du bien ^^