Son nom ne vous dit peut être rien, mais je suis sûr que vous l’avez déjà vu en photos, tant les images de ce parc national et de ces plages au sable orange sont célèbres dans le monde entier et évoquent à elles seules ou presque la Nouvelle-Zélande.
Abel Tasman National Park - South Island - New Zealand
Pour cette randonnée, j’avais envie de changer un peu mes moyens de transport, de visiter le parc de l’extérieur puis de l’intérieur. Je suis donc parti mardi matin à l’assaut du parc Abel Tasman en kayak, avec un guide et en petit groupe.

Une fois encore, j’ai été gâté par la météo qui fut bien plus que clémente. Beau ciel bleu à l’horizon, pas un nuage. Seul le froid me rappelait que, bien qu’en juin, nous étions de ce côté du globe dans la saison d’hiver. Mais faire du kayak est encore possible. Cette fois, j’étais équipé pour.

Abel Tasman National Park - South Island - New Zealand
Plages du Parc National Abel Tasman © Julien Blavette

Une belle journée à pagayer au large du parc. Pour la petite histoire, c’est étonnant que le parc porte le nom d’Abel Tasman quand on sait qu’il n’y a jamais mis les pieds, et que, pire, quand il s’en approcha, cela s’est fini en bain de sang avec les Maoris qui tuèrent 4 membres de son équipage. Abel Tasman surnomma alors la baie « Murderers Bay ». Mais en 1942, la Nouvelle-Zélande, suite à des nombreuses pétitions a fini par classer ce parc national et choisi comme nom le patronyme de ce voyageur hollandais qui 300 ans plutôt découvrit la Niuew Zeeland (Nouvelle-Zélande, Zeeland étant une province hollandaise).

Abel Tasman National Park - South Island - New Zealand
Kayak au large du Parc National Abel Tasman © Julien Blavette

L’autre personnage phare de cette région (et de Nouvelle-Zélande) est, cocorico, un Frenchy, Jules Sébastien César Dumont d’Urville. Son approche est beaucoup plus pacifiste et de fait ses contacts avec la population maorie plus aisés. Il effectue 3 voyages en 1827. Aujourd’hui, de nombreuses plages, baies, îles portent des noms français en rapport avec ce voyageur botaniste et linguiste, telles Adèle Island, du nom de sa femme ou Astrolabe, du nom de son navire. 1

Abel Tasman National Park - South Island - New Zealand
Kayak au large du Parc National Abel Tasman © Julien Blavette
Abel Tasman National Park - South Island - New Zealand
Otarie – Abel Tasman National Park © Julien Blavette

J’ai pu voir des otaries, encore et encore, se la couler douce sur les rochers des baies ou des îles. L’excursion fut agréable (quoi qu’un peu chère), et en fin d’après midi je rejoignais ma hutte pour la nuit, qui allait vite tombée. Heureusement, quelques voyageurs étaient également de passage pour la nuit. Discussion entre Anglais, Allemands, Canadiens et moi le petit Frenchy, autour du poêle, seul endroit de la hutte où il ne faisait pas trop froid…On a d’ailleurs quasi tous fini par dormir autour du poêle…

Le lendemain, je suis parti pour une journée de randonnée. 22 kilomètres à parcourir. Sentier facile. Un peu trop même. Hormis les quelques belles vues sur les baies et lagunes, la traversée, trop plate, du bush était un peu monotone et s’est faite rapidement (5h30). Mais ça m’a donné l’occasion de rêvasser à mes prochains projets…

Abel Tasman National Park - South Island - New Zealand
Randonnée dans Abel Tasman National Park © Julien Blavette
Abel Tasman National Park - South Island - New Zealand
Vue sur la mer depuis Abel Tasman National Park © Julien Blavette


Toutes les photos sur ma galerie Flickr.

  1. Amis Garennois, ne me demandez pas le rapport entre lui et la rue qui porte son nom à La Garenne-Colombes, je n’en ai aucune idée…